Bienvenue sur mon blog

Quelques nouvelles
15 juin, 2011, 14:00
Classé dans : 18-24 mois,3-5 ans,Mes enfants

oulala…  que le temps passe vite! 2 mois sans un billet, déjà!
Le temps me manque pour bloguer, et pourtant très souvent, dans la vie de tous les jours, je me dis « ah tiens, je vais parler de ça sur le blog » ; je prends parfois des photos spécialement pour illustrer des articles que je n’écris jamais…
Ca me reviendra, soyez en sur(e)s!

Voilà pour l’heure quelques nouvelles de Lys et Pomme!

p1020548.jpg
Lys a 18 mois et demi.
Elle dort mieux la nuit. Et j’espère que l’arrivée de ses dernières canines signe la fin définitive des nuits hâchées!
J’ai eu du mal à la sevrer mais je pense que ça y est, l’allaitement est terminé! Une page est tournée, non sans un petit pincement au coeur. Une autre s’ouvrira dans 2 mois et demi…

Depuis deux mois, Lys est entrée dans une nouvelle ère : celle du langage oral.
J’étais un peu étonnée de son absence de communication orale.
Bébé, elle gazouillait très peu, ne répondait pas aux sollicitations vocales.  Il y eu ensuite très peu de babillages, quelques syllabes par ci par là.
Lorsque je la portais dans le dos et que je lui demandais si tout allait bien, je n’avais pas de réponse, ce qui parfois m’inquiétait!
Pomme était entrée très tôt dans une langage qui lui appartenait, jouant sur les intonations, ayant de longues conversations au téléphone qu’on aurait pu imaginer être dans une langue étrangère.
Vers 10,5-11 mois, Lys a commencé à dire quelques mots isolés. 2 ou 3 par ci par là, qui disparaissaient très vite, me faisant penser que peut être, j’avais trop d’imagination…
Et d’un coup, à 16 mois et demi, elle a commencé à parler.
Tout ce qu’elle semblait avoir emmagasiné durant quelques mois s’est mis à sortir d’un coup !
Pour Pomme, j’avais, mois par mois, listé les quelques mots que j’entendais. 3, puis 7-8, puis 20, puis 50, c’était progressif.
Fin avril, j’ai donc voulu noter les mots que Lys disait. Je me suis arrêtée à 100, et il en manquait encore!
La liste contenait des noms mais également des verbes, adjectifs et adverbes…
J’ai eu l’impression d’avoir raté une étape, d’être passée du jour au lendemain d’un bébé muet à un enfant qui s’exprimait!
Ce jour là, par exemple, j’ai voulu voir si elle distinguait verbalement cuillère et fourchette. Je vidais le lave-vaisselle et j’avais deux cuillères à la main, je lui montre en lui disant « c’est quoi? ». Observation et silence. Regard d’une cuillère puis de l’autre.
Et réponse inattendue : « Même! ».
D’accord.
Dans le même temps, elle a commencé à demander « Quoi? » en pointant des images. « Qui? » en regardant des photos.
Et dans la foulée, s’est mise à assembler : « chaise papa », « boule ti (=la boule est partie) ».
A presque 19 mois, elle fait des petites phrases de 2 ou 3 mots et tout ce qui sort de sa bouche a une signification. Même si bien souvent il nous faut la décrypter!

Deux enfants donc, élevées dans le même environnement, avec des principes équivalents, et des développements très différents.
Et ce dans tous les domaines! Je me rends compte aujourd’hui que Pomme faisait preuve d’une capacité de concentration exceptionnelle au même âge, pouvant rester longtemps sur une même activité.
Par exemple, elle pouvait fait un jeu de loto avec 24 ou 36 images jusqu’au bout. Lys a bien compris le principe mais cela ne l’intéresse pas. Elle mets 4-5 images et passe à autre chose.
En ce moment, elle joue beaucoup à la poupée, imite énormément sa soeur, cherche beaucoup à faire toute seule (et me semble très autonome pour son âge!), exprime très bien sa volonté ou son mécontentement. Depuis queluqes temps, la poussette (qui avait pris le relais du portage pour cause de grossesse) prend la poussière. Lys est capable de marcher pendant des heures, et c’est nettement plus facile de se déplacer en bus avec deux enfants qui marchent ! On tâche juste de prévoir le temps nécessaire car ses petites jambes ont un rythme très tranquille!
Côté activités, elle aime les livres et les histoires, enfile des perles (comme Emy, décidément, ces deux là se ressemblent beaucoup!), apprécie la pâte à modeler, aime dessiner.

Pomme a 3 ans 1/4.
Et ça compte, ce 1/4 ! Car en 3 mois, que de progrès!
Pomme s’ouvre au monde ! Et de la part d’une petite fille si anxieuse, c’est une très grande avancée!
A deux mois, notre fille ne supportait pas d’être dans les bras de quelqu’un d’autre que son père ou moi.
Les rares tentatives pour la faire garder avaient été une catastrophe.
Et de toutes parts, les critiques et remarques : c’était forcément de ma faute puisque je refusais de forcer. Il FALLAIT que je la mette en collectivité, ou au moins que je la laisse à d’autres, que je casse ce côté trop fusionnel. Il était primordial qu’elle vive des expériences à elle, loin de moi. Mon attitude l’inhibait. C’est bien connu, c’est toujours la faute de la mère.
Je ne passais pas 24h sur 24 avec elle, son père prenant souvent le relais, mais mon intuition savait que non, je ne devais pas forcer. La partie n’est pas gagnée, mais ces derniers mois, Pomme va d’elle même vers les autres, commence à jouer avec d’autres enfants, à suivre un groupe, à créer des liens. Nous n’en sommes pas encore à une vie autonome, loin du cocon familial, mais désormais, je sens que j’ai bien fait de simplement attendre qu’elle soit prête.
Lorsque l’autre jour, Pomme m’a réclamé l’école, j’étais partagée entre la joie de voir son désir d’ouverture aux autres s’exprimer et le refus d’accéder à sa demande, tant notre projet d’IEF me tient à coeur. Au bout de plusieurs jours de questionnements et de doutes, j’ai pris la décision de ne pas l’inscrire à l’école. Sa vision de l’école est erronée ; elle y voit un toboggan et les amis qu’elle sait scolarisé. Pour le toboggan, je ne sais pas, mais les enfants de son entourage qui fréquentent l’école ne sont pas sur le même secteur.
Elle y voit du travail dont elle raffole, mais je doute que ce qu’on pourrait lui proposer soit à la hauteur de ses attentes (elle veut apprendre à lire…).
Et je pense surtout, qu’elle souhaite avoir des copines avec qui elle pourrait jouer régulièrement. Je vais donc tâcher de lui proposer plus régulièrement des activités avec des enfants de son âge.

S’il y a des progrès d’un côté, il y aune régression de l’autre.
Et j’ai du mal à savoir d’où cela vient et quelle attitude adopter. Pomme a de très grandes périodes « bébé ».
Par exemple, elle faisait des puzzles impressionnants (60 pièces) avec grand plaisir. Depuis quelques semaines, elle s’est mise à refaire des puzzles d’encastrements et me demande de l’aide pour faire des puzzles de 15 pièces dans un cadre.
L’une de ses activités en ce moment : se rouler sur le tapis avec un anneau de dentition dans la bouche. Elle joue au bébé, et le dit.
Elle imite également le langage de sa soeur, parlant avec des syllabes de fin de mots, qui s’ils représentent un enchantement dans la bouche de Lys sont … surprenants dans celle de Pomme, autrefois si pipelette!
Il y a des périodes de comportement bébé voulu, joué comme une comédie, et des choses plus surprenantes, comme la partie de mémory de ce matin où elle semblait ne plus être capable de suivre les règles, retournant 3 images ou ramassant des non paires alors qu’elle maitrisait bien ce jeu il y a plus d’un an!
Je perçois dans son attitude une demande d’attention plus grande, un besoin de présence plus importante, et c’est vrai que j’ai été un peu prise ces temps ci. Mais malgré mes efforts, je ne vois pour le moment pas d’amélioration, et son attitude m’agace parfois… Ma patience est mise à rude épreuve! :)



Pause sur le blog, mais la vie continue !
23 mars, 2011, 17:06
Classé dans : Mes enfants,Vie quotidienne

Oui nous sommes toujours là, et non, notre vie n’est pas en mode pause, comme peut l’être le blog!

Et même, loin de là!
Alors d’abord, il y a ce tout petit, niché au creux de moi, dont la présence encore discrète n’en est pas moins épuisante!
Remplie de bonheur, mais vidée d’énergie!
Et je ne peux même pas dire « vivement septembre » car je doute qu’une fois né(e), ce petit bout me laissera la possibilité de récupérer un peu :D
p1020481.jpg
Number 3, arrivée prévue début septembre!

Nous sommes bien sur enchantés, même si l’annonce de la présence de ce petit être humain à coïncidé avec l’annonce du licenciement de mon mari…
Mélange de joie et d’incertitude, de craintes pour l’avenir et de remise en question de notre choix de vie.
Mon cher et tendre a donc décidé de créer sa boîte, histoire que le double défi soit à la hauteur, hein! parce que ça manquait un peu! Et nous gardons confiance, parce que la vie est belle et riche en surprises !

Heureusement, mes puces grandissent, m’aident bien et sont étonnamment autonomes!
Et c’est toujours un plaisir que de les voir gagner en assurance, se satisfaire de pouvoir participer toujours plus, prendre des initiatives.

Lys, notamment, veut toujours faire toute seule.
A 16 mois, elle tente de s’habiller et se déshabiller (sans grand succès…), de se servir seule son lait ou son chocolat, de préparer mes tartines en mettant la confiture. Elle aime choisir ses cd, les mettre dans le poste, mettre la musique en route.
Très sure d’elle, elle se promène depuis des semaines avec le marche pied qui lui permet de gagner les centimètres qui lui manquent souvent pour accéder au niveau voulu! Depuis quelques jours, j’observe que lorsqu’elle trouve un papier, emballage, mouchoir, elle va le ramasser et le mettre à la poubelle. Evidemment, il n’en traine pas très souvent ; alors hier, elle a déballé un mode d’emploi resté sous plastique, remis le mode d’emploi à sa place et jeter l’emballage!
Elle aime aider à vider le lave-vaisselle, se lave seule en partie, sort son manteau et ses chaussures quand elle veut sortir, etc.
Elle tète encore plusieurs fois par nuit (mais j’essaye de la sevrer), est très affecteuse, est capable de faire des colères gigantesques et se fiche bien de mes demandes !
C’est une grimpeuse qui me donne parfois des sueurs froides ; côté moteur, elle n’est pas en retard!
Côté langage, elle prend un peu son temps alors que Pomme était bien pressée (elle parlait avant de marcher!) ; j’ai donc parfois tendance à trouver le temps long, oubliant qu’à son jeune âge, les différences d’un bébé à l’autre peuvent être impressionnantes! D’autant plus que quand même, elle a déjà de nombreux mots à son actif.

03marsmedium.jpg
Séance vidage de lave-vaisselle à la chaine…

Pomme fait aussi de chouettes progrès.
Si elle me voit préparer le repas, elle viendra spontanément mettre les assiettes ; je retrouve parfois mon téléphone branché au chargeur après qu’elle s’en soit servi pour regarder des photos et qu’elle ait constaté qu’il n’y a qu’un seul trait ; bref, elle prend beaucoup d’initiatives, et est très attentionnée!
Cependant, ça doit être une question d’âge, mais je la trouve un peu difficile en ce moment. Exigences, négociations, refus, questionnements incessants, colères ; je m’efforce de garder patience, de comprendre les raisons de chaque « crise », de l’accompagner lorsqu’elle semble prisonnière de ses émotions, mais ça n’est pas toujours facile de rester calme, surtout lorsque certaines formes de violence sont exercées sur sa soeur. Il peut s’agir parfois de gestes déplacés mais le plus souvent, c’est une violence physique, des cris pour lui faire peur, des ordres qu’elle lui hurle…
Bref, la joie de la gestion des fratries! Même si dans l’ensemble, elles partagent plus de joies et de rires que de pleurs! Ouf!
Côté activités, j’ai pour le moment mis un peu de côté la pédagogie Montessori. Une de mes amies ayant offert un cahier d’activités à Pomme, j’ai pu constater qu’elle apprécié vraiment ce type de support. Et comme elle boude un peu la vie pratique mise à sa disposition, je me suis résolue à imprimer quelques fiches à droite à gauche. Grand succès, même si je ne trouve pas ça très intéressant, tant au niveau des progressions (complètement aléatoire, puisque j’imprime un peu au hasard) qu’au niveau contenu…

pommemarsmedium.jpg
Non, non, je n’ai pas mis le dessin à l’envers… elle dessine la plupart de ses bonshommes la tête en bas…

Voilà pour les nouvelles. Et j’essaierai de passer plus souvent poster ici.
En attendant, je lis! Des blogs rassurants de mamans de fratries rapprochées et qui s’en sortent avec l’IEF!
Parce qu’avec 3 enfants de moins de 4 ans, c’est certain, ça va être sportif! :D



3 ans et 15 mois
18 février, 2011, 21:26
Classé dans : Au jour le jour,Mes enfants

J’hiberne en ce moment.  Mais mon silence n’est que passager. L’envie de bloguer est toujours bien présente, c’est juste le temps qui me manque et l’énergie.

Mais un jour comme aujourd’hui, ça ne se rate pas!

Ma Pomme fête ses 3 ans et c’est mon mamanversaire!

Ma Pomme au sacré caractère, qui s’affirme de plus en plus, jouant souvent avec mes limites.
Ma Pomme si douce, si gentille, si attentionnée.
Ma Pomme qui nous surprend chaque jour de ce qu’on aurait pas imaginé accessible à un enfant de 3 ans!
Ma Pomme puzzlophage, pipelette (avec nous) et timide (avec les autres…), sauvage, observatrice, drôle, vive, hypersensible.
Bon anniversaire ma jolie puce!

Mais non ma Lys, je ne t’oublie pas! Joyeux mensuversaire mon étonnante petite fleur!
15 mois déjà que tu ensoleilles nos vies!
Et comme ta soeur, tu nous surprends chaque jour de nouveaux exploits.
Grimpeuse (et tu me fais des frayeurs, j’avoue!!!), rapide (ta soeur ne marchait pas au même âge, mais toi tu cours!), souriante, déterminée et capable de colères impressionnantes lorsque tu n’atteins pas ton but, discrète (on ne t’entend pas… après ta pipelette de soeur, ce silence est sureprenant), pas de doute, tu es bien toi-même, si différente de ta soeur malgré votre ressemblance physique.

Quelle joie de vous voir grandir, jouer, rire ! Et quelle joie de voir votre complicité si forte, vos échanges si enrichissants !

Merci!



1 an…
18 novembre, 2010, 17:01
Classé dans : Mes enfants

Aujourd’hui, j’avais envie d’écrire un super message, racontant cette année magnifique que mon bébé m’a fait vivre, retraçant notre parcours depuis cette naissance magique que je n’aurais pas osé rêver si belle jusqu’à ce jour où une bougie plantée sur un gâteau ne manquera pas de m’arracher quelques larmes!

Et puis… page blanche… seule l’émotion est bien présente, et se traduit par des sourires béats devant mon écran, impartageables sur ce blog…

Alors je me contenterai d’écrire simplement :

Bon anniversaire mon bébé! Et merci d’être ce que tu es!

p1010795small.jpg



Mon deuxième bébé
8 octobre, 2010, 15:30
Classé dans : Au jour le jour,Mes enfants

Lys est mon deuxième bébé.

J’ai toujours voulu une famille nombreuse. Su, intuitivement, que je m’épanouirai pleinement dans la maternité. N’en déplaise à Badinter :D

Lorsque Pomme est née, mon amour pour elle fut si immense, que parfois, je doutais : serais-je capable d’aimer un deuxième enfant de la même manière?

Durant la grossesse, je me rappelais des premières semaines de vie de Pomme.
Les bébés mettent 3 mois environ avant d’attraper les objets qui les entourent. Mais comment avais-je pu trouver cette période passionnante? Avec un deuxième bébé, j’avais peur de la vivre comme une période ennuyeuse… Seul l’allaitement m’enchantait d’avance. Le reste me semblait un passage obligé duquel j’aurais probablement du mal à m’émerveiller.

Et puis Lys est née.
Une deuxième petite fille, portrait craché de sa soeur au même âge, qui portait les mêmes petites tenues.
Et pourtant, tout était différent!

C’était un nouveau bébé, avec une autre personnalité, à laquelle il fallait s’adapter et à laquelle il fallait faire une place dans notre famille.
Comme sa soeur, elle était livrée sans mode d’emploi. Et j’ai vite réalisé que ce qui avait fonctionné pour la première ne marchait pas avec la deuxième. Décrypter son fonctionnement, voilà qui permettait de ne pas s’ennuyer!

Bien sur, tout n’était pas nouveau pour autant.
J’avais pris de l’assurance, je commençais à me faire confiance et à être capable d’affirmer nos choix éducatifs. J’étais donc vaguement plus à l’aise.
Et si l’arrivée de Pomme avait complètement chamboulé notre quotidien, ce deuxième bébé était plus discret et la transition plus douce!

Avec notre ainée, chaque première fois était attendue, pressentie. J’ en observais les prémices d’un oeil admiratif, relevant ses progrès, les rapportant systématiquement à son père, les consignant pour en garder la trace.
Les première fois de Lys semblent arriver comme par magie. Je m’en rends compte et je me dis : « Tiens, elle fait déjà ça!?! » avant de réaliser : »Ah ben oui, elle a déjà 10 mois…! » Tout est découverte…

Car tout passe trop vite! J’ai l’impression de ne pas avoir de temps pour elle. Il y a plus de travail à la maison, plus de linge, plus de ménage, plus de repas à préparer. Pomme, qui a toujours été très exclusive, m’occupe beaucoup. Lys, résolument, suit le mouvement… C’est un peu frustrant mais en aucun cas je ne regrette d’avoir eu des enfants « rapprochés ».

Ce qui est vraiment nouveau avec le deuxième, ce sont les échanges avec le premier!
Dès les premiers jours, ces regards de découverte de l’autre m’ont fait fondre.
Et avec le temps, ces échanges s’intensifient, se complexifient aussi…
En ce moment, Lys rit d’avance quand elle entend que Pomme se réveille et qu’elle devine qu’on va aller la retrouver dans sa chambre.
Et Pomme s’amuse de voir Lys réagir à ses mots, alors elle en rajoute : « Aurevoir », « Allo », « bravo! », « Elle est où Lys », « tape, tape, petites mains », chaque mot entrainant un geste-réponse de Lys, chaque geste de Lys entrainant un sourire immense chez Pomme! Bien sur, il y a aussi les pleurs ou la jalousie, l’envie du jouet que l’autre a dans les mains ou d’un câlin de maman en même temps…
Et tout cela aussi est fascinant à observer… 

Cela fait 10 mois et demi que Lys est parmi nous. Et j’entrevois une ébauche de réponse à la question initialement posée.
Si je suis capable d’aimer un deuxième de la même manière que le premier? Non, je ne pense pas… Car seule l’intensité est la même! Mais je les aime différemment, tout simplement parce qu’elles sont différentes!



Langage
21 septembre, 2010, 16:42
Classé dans : 12-18 mois,18-24 mois,2-3 ans,6-12 mois,Au jour le jour,langage,Mes enfants

Je suis fascinée de voir (ou plutôt d’entendre) la vitesse à laquelle les enfants progressent en langage entre l’âge de Lys -10 mois- et celui de Pomme -2 ans et demi-.

Il y a quelques mois (une vingtaine… déjà…) après avoir babababababiller à n’en plus finir, Pomme a commencé à assembler des petites syllabes pour former des mots. C’était tout simplement magique!
Puis sont venus les assemblages de mots, sans syntaxe particulière.
Puis les verbes, les adjectifs, les pronoms.
Les phrases ont pris forme. Se sont allongées.
Les mots ont commencé à s’accorder entre eux.
Aujourd’hui, les questions sont fréquentes. Dans des domaines variés. « Quand j’étais petite, Lys était grande? » ; « On est quel jour? Il est quelle heure? » ; « Il mesure combien le pied? Quarante? », etc.
Je me demande bien ce qu’elle met derrière ces notions de temps et de quantité !
Les verbes sont de mieux en mieux conjugués, au passé (composé), à l’imparfait quasi parfait, au futur…
Les possessifs n’ont plus de secrets pour elle, les derrière/sous/à côté/etc. sont utilisés à la perfection, le vocabulaire est de plus en plus précis. Il me semble avoir lu qu’entre 2 et 3 ans, les enfants apprenaient un mot par heure en moyenne!
J’aime l’entendre. J’aime l’écouter.

J’aime sa voix, ses intonations, son langage posé, son humour.
En ce moment, elle joue à inverser.
« Ca (en montrant sa tasse de lait), c’est du café! Et ça (montrant mon café), c’est du lait! » Et durant tout le petit déjeuner : « Il est bon ton lait maman? Mmmm, il est bon mon café! »
Dimanche, elle avait décidé qu’elle s’appelait Lys, que Lys s’appelait Pomme, que Papa s’appelait Maman et que Maman s’appelait Papa. Nous avons joué le jeu, amusés par sa concentration pour ne pas se tromper.

J’aime la manière dont elle découpe les mots.
Comme ce jour, il y a quelques semaines, où elle demandait à son père (qui avait mal au dos) : « Ils sont où tes dicaments? »

Qu’il est doux ce temps où les erreurs nous émerveillent et nous font sourire.
Où la logique enfantine réinvente la langue : « Tu peux me taider maman? »

Et comme tous les parents d’enfants du même âge, je me dis qu’il faut absolument que je note tout ça!

Je me réjouis d’avance en réalisant que Lys entre dans cette période! A son tour, elle m’enchante par ses prémices de communication!
Et la grande nouveauté, ce sont les magnifiques échanges entre les deux soeurs! Un plaisir à observer!

 



Changement de prénoms
17 mai, 2010, 21:21
Classé dans : Mes enfants

Au début, ce blog devait être mon petit jardin secret.
Les moteurs de recherche étaient supposés ne pas y avoir accès.
Je pensais pouvoir contrôler la diffusion de l’adresse.
Bref, j’étais naïve.

Les moteurs de recherche ont accès au blog, malgré les paramètres.
L’adresse a été diffusée, avec ou sans mon accord.
Mon petit jardin n’est plus du tout secret.
Et ça ne me dérange pas du tout.
Sauf que…
Mes filles y sont très exposées.
Pour conserver un tout petit peu d’anonymat, j’ai donc décidé de supprimer du blog leurs prénoms et de les remplacer.

Mon ainée s’appelera désormais Pomme.
Ma deuxième s’appelera Lys.

Les photos illustrant le blog exposeront moins leurs visages. Ainsi, si des photos sont copiées, cela m’ennuiera moins.
Cependant, si vous souhaitez utiliser certaines photos de ce blog ailleurs, merci de m’en informer ; c’est la moindre des politesses.

 

 



2 bougies, déjà!
18 février, 2010, 22:57
Classé dans : Au jour le jour,Mes enfants

Et voilà, elles sont soufflées! 2 bougies, 2 années… Que le temps passe vite!
Aujourd’hui, tu cours, tu parles, tu joues, tu ris, et tu sais ce que tu veux !
Alors, en ce jour particulier, je m’auto-souhaite un bon mamanversaire! Ben oui, on oublie un peu trop souvent les mamans ! Et j’y étais un peu pour quelque chose dans cette histoire, il y a 2 ans, en cette journée si spéciale!

p1120430.jpg



Mensuversaire : 23 et 2!
18 janvier, 2010, 23:00
Classé dans : Au jour le jour,Mes enfants

Et l’occasion de faire le point sur le développement de mes puces!

Pomme, 23 mois, est une grande soeur attentionnée, toujours prête à mettre une tétine dans la bouche de Lys, à la prendre dans les bras (elle tend ses bras vers elle et dit « Viens? »), à la couvrir de jouets, à lui faire découvrir le monde.

J’avais fait le point il y a 3 mois, et c’est l’occasion pour moi de voir ses progrès depuis.

Alors, où en est-elle?

Sur le plan moteur :
Pas de grand changement :monte au toboggan, en descend, monte sur le canapé, en descend. Peut être des progrès dans les escaliers quand même, surtout depuis que sa petite soeur occupe mes bras! Monte et descend en donnant la main, la montée étant nettement plus facile que la descente!

Sur le plan de la motricité fine :
Découvre la préhension avec la pince et s’en sort plutôt bien. Grâce à son cadeau de Noël, coupe au couteau, et pareil, se débrouille pas mal du tout!

Sur le plan du langage :
Comprend tout ce qu’on lui dit, s’exprime par des petites phrases ou des mots isolés.
Le nombre de mots de vocabulaire exprimé est impressionnant! Probablement plusieurs centaines! Chaque fois qu’elle prononce un nouveau mot, nous sommes surpris et, il faut le dire, un peu gaga! On devrait pourtant s’y habituer, mais non, on se regarde « Ah, elle dit ça? c’est la première fois! ». Elle aime la précision et s’emploie à utiliser le mot juste. Elle connait de nombreuses couleurs, compte 1,2,3,5,6; utilise des adjectifs (petit, moyen, grand), des inducteurs spaciaux : à côté, dessous, en haut, etc.
Les phrases comportent plusieurs mots (3-4), mis parfois les uns à côté des autres, mais souvent sans syntaxe particulière (« bras, Pomme, Lys » signifie qu’elle veut prendre Lys dans ses bras). On entend parfois quelques verbes (« Maman mange » « Viens à côté ») mais ils sont rares. Notre principal souci pour la comprhéension vient du fait que Pomme articule mal et ne fait pas beaucoup d’effort pour s’améliorer! Nous sommes les seuls à la comprendre, et nous avons parfois l’impression qu’on ne comprend qu’une toute petite partie de ce qu’elle veut nous dire!

Activités :
Puzzles : toujours! Maitrise sans problème jusqu’à 15 pièces ; elle en a plusieurs qu’elle fait sans les cadres. Nous attendons son anniversaire pour passer aux modèles suivants!
Dinette et poupée : la petite cuisinère, reçue à Noël, est un franc succès! Elle aime aussi mettre les affaire de Lys à sa poupée.

Fait parler et évoluer ses animaux et personnages playmobils.
Aime toujours les livres qu’elle lit beaucoup seule ; je dois lui proposer une histoire, elle ne m’apporte plus les livres directement.
Elle écoute beaucoup moins la musique ; elle l’allumait systématiquement en bruit de fond, ça n’est plus le cas. Par contre, elle chante!
Elle réclame des DVD : Bob le bricoleur a ses faveurs du moment, après une période Chapi Chapo!
Apprécie la pate à modeler et joue beaucoup avec Monsieur Patate.
Le bide du moment : le Colorino n’a aucun succès.  Quand on le sort, ça dure 2 minutes, et elle me dit « range? ».

Vie quotidienne :
Toujours très active, remplit et vide le lave vaisselle, cuisine de plus en plus avec moi, passe désormais la balayette.

Divers :
Fait ses nuits en théorie mais se réveille encore de nombreuses fois.
Une petite sieste dans la journée (moins de 2h) lui suffit largement.
Très sauvage, c’est de plus en plus inquiétant… Quand une mamie la regarde dans le métro, elle se met à pleurer… Sur ce point, on voit beaucoup de regressions depuis l’arrivée de sa soeur…

 

Et Lys, que fait elle?

Lys, 2 mois, des sourires depuis toujours, des vrais depuis qu’elle a 13 jours, ce que je pensais impossible.
Aime regarder, observer et bouge les bras pour faire bouger les jouets autour d’elle.
Gazouille de plus en plus, nous gratifie de jolis areeeeeeeeeuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhh.
Qu’il est plaisant de les écouter converser toutes les deux!
Tient bien sa tête, la redresse sans problème quand elle est sur le ventre.
Bref, un beau bébé, tonique et éveillé!
Mais qui ne sait pas s’endormir seule… Qui peine à trouver le sommeil, surtout le soir, et qui peut pleurer de fatigue plusieurs heures de suite… C’est un peu difficile, nous avons hâte que ça passe!

 

p1110666.jpg

 



Naître, tout simplement
27 novembre, 2009, 14:46
Classé dans : Au jour le jour,Mes enfants

Lys est venue agrandir notre famille le 18 novembre dernier. Une naissance tout en douceur, au cœur de notre foyer.

Pourquoi ce choix d’une naissance à la maison ?
Après l’annonce de la grossesse, nous avons souhaité offrir à notre enfant une naissance paisible, avec le moins possible de médicalisation tant que celle-ci n’était pas nécessaire. Pomme avait pu être accueillie au Japon dans ce contexte : en laissant la nature faire son travail, et en n’intervenant que si l’accouchement ne se déroulait pas de manière physiologique. Pas de péridurale, pas de perfusion, possibilité de bouger, boire, manger, soins du bébé limités au minimum à la naissance.
Après s’être renseignés sur ce qu’offrait la région en terme de naissance naturelle, première déception. Les possibilités ici sont bien minces. Nous nous tournons d’abord vers un homme sage-femme qui pratique des accouchements en plateau technique. Cela signifie qu’il suit la grossesse du début à la fin et pratique seul l’accouchement le jour J à l’hôpital ; l’équipe médicale pouvant prendre le relais à tout moment en cas de problème. Un compromis idéal, sécuritaire. Malheureusement, trop de demandes pour une disponibilité limitée font qu’il ne pourra pas me suivre pour l’accouchement. Comme convenu au départ, il nous en informe à 4 mois de grossesse. Nous sommes donc en juin et je dois me mettre dans l’idée que j’accoucherai à l’hôpital, comme tout le monde. Inscrite dans une maternité disposant d’une salle nature, j’essaye d’imaginer la naissance de mon enfant mais je ne me sens pas sereine. Malgré l’aspect « accouchement physiologique » qu’affiche la structure, il y a des protocoles à respecter ; perfusion obligatoire, par exemple. Je n’arrive pas à me projeter dans cet environnement médical, à imaginer les blouses blanches, etc. Quelques mois avant, une de mes amies a accouché chez elle. J’ai les coordonnées de la sage-femme qui l’a suivie. Je me décide à l’appeler. Rendez-vous est pris pour août.
Nous nous y rendons ensemble.
Dès les premières minutes, je sais que c’est ce que je souhaite. Cette femme va me suivre et m’accoucher ! Son aplomb me rassure, ses propos également. Elle est franche, directe. C’est donc elle qui suivra mes derniers mois de grossesse, riant de mes inquiétudes lorsque telle ou telle analyse révélera des soi disant « anomalies », me permettant par ses propos d’aborder cette naissance avec sérénité, loin des discours hospitaliers comportant le mot « risque » à chaque phrase !

La grossesse :
Début mars, nous apprenons avec joie que Pomme va être grande sœur.
La date prévue pour l’accouchement varie entre le 16 et le 19 novembre, selon les manières de compter.
Il va sans dire que ma grossesse se passe sans problème, condition nécessaire pour envisager un AAD (Accouchement A Domicile). Rien de spécial à signaler donc ; peu de nausées par rapport à ma première grossesse, un peu plus de fatigue.
Pomme étant née avec presque 3 semaines d’avance, je me suis mise dans la tête que bébé pourrait arriver début novembre. Qu’elles m’ont semblées longues ces trois dernières semaines !

Le suivi :
Mon suivi fut tout à fait classique : analyses au laboratoire tous les mois, 3 échographies, rendez vous mensuels avec la sage-femme, inscription et visites à la maternité à 8 et 9 mois, rencontre de l’anesthésiste, préparation à la naissance avec la sage femme.
Inscrite à la maternité pour faciliter un transfert en urgence ou palier à une indisponibilité de la sage-femme, j’y présente à tous hasard un projet de naissance. Le gynécologue que je rencontre l’accueille avec réserves : pas de possibilité de boire ou manger « au cas où », perfusion obligatoire « au cas où », le cordon sera coupé avant d’avoir cessé de battre « au cas où » ; bref, j’ai de moins en moins envie d’y aller, même si je m’y prépare… « au cas où » !
Je prépare surtout l’AAD, en secret de l’hôpital…
Ma sage-femme me demande de me faire prescrire une bouteille d’oxygène ; c’est le seul gros matériel médical qu’elle demande. Le reste (compresses, bétadine, produit pour les soins du cordon, etc.) ne sont que des petites choses, faciles à se procurer.
Fin octobre, je suis prête à accoucher. Du moins matériellement. Je réalise petit à petit que je vais devoir supporter la douleur, la gérer. J’y avais pensé durant toute ma première grossesse, j’ai complètement mis de côté cet aspect cette fois ci. Je commence à y penser sérieusement durant les dernières semaines. Il était temps !

Le jour J :
Depuis plusieurs semaines, j’ai quotidiennement des épisodes de contractions régulières et douloureuses. J’ai failli appeler ma sage-femme à deux reprises, mais à chaque fois, les contractions ont fini par disparaître.
Mardi 17 novembre au matin, je me réveille un peu désespérée. Ce petit d’homme n’est visiblement pas pressé de nous rencontrer et je commence à trouver ma grossesse vraiment longue. Si jeudi 19, je n’ai pas accouché, une surveillance hospitalière commencera à être nécessaire (rdv tous les deux jours), avec à la clé un déclenchement. Le tout à l’hôpital, bien sur. De plus, ma sage-femme m’a prévenue il y a bien longtemps déjà, elle s’absente du 20 au 22. Dans 3 jours. Si je n’ai pas accouché d’ici à vendredi matin, mon rêve d’AAD s’envole. Je tâche de ne pas penser à tout ça mais plus le temps passe, moins j’y crois…
En début d’après-midi, ce 17, j’appelle ma sage-femme. Je lui confie mes craintes et je lui demande un coup de pouce à la nature pour tenter de démarrer le travail (décollement des membranes). Elle accepte mais m’informe qu’une maman a perdu les eaux et qu’elle peut partir à tout moment. Je prends donc le risque de trouver porte close, après une heure de trajet en bus et métro avec Pomme. Elle est bien présente à mon arrivée, ouf ! Le retour, dans les transports bondés, sera encore plus difficile. Et rien n’indique que la naissance approche ; ma sage-femme n’a pas décelé de signes avant coureurs. Le soir, nous regardons un film, tranquillement. Nous allons nous coucher vers 23h.

Mercredi 18 novembre :
1h40, je suis réveillée par une douleur intense dans le bas ventre. Est-ce un nouveau faux travail ? J’anticipe la déception en tâchant de ne y croire trop vite et j’attends la suivante.
2, 3, 4 contractions, bien rapprochées.
Je réveille mon mari et lui annonce que bébé est en chemin, j’en suis sure. Il me dit qu’il va dormir encore un peu pour prendre des forces… Ah les hommes, quel humour ! C’est moi qui vais avoir besoin de force ! J’essaye également de me rendormir mais impossible. Comme les nuits précédentes, je me lève. Mais je sens que cette fois, c’est différent!
Je prends 2 spasfons, me fait couler un bain. Ma sage-femme n’aime pas être dérangée la nuit et préfère qu’on vérifie ainsi si ça n’est pas un faux travail… Elle a déjà eu souvent à se déplacer pour rien, je comprends tout à fait sa requête!
Je me détends dans le bain mais les contractions ne passent pas. Elles me semblent assez proches. J’y reste un moment puis j’en sors. Je re-réveille mon mari qui ne me croit toujours pas, visiblement…
Je marche dans mon salon, tentant de chronométrer les contractions. Bien présentes, elles sont rapprochées (3-5 minutes) mais courtes. Je teste le ballon de gymnastique mais je n’y suis pas bien.
Je commence à penser au côté logistique. Puisque le travail est en route, il est probable que ni mon mari ni moi ne puissions gérer Pomme à son réveil. Faut il que je prévienne la personne qui doit venir la garder dès maintenant, au beau milieu de la nuit ? Est-ce que j’attends d’avoir appelé la sage-femme pour m’assurer qu’elle n’est pas sur l’autre accouchement ? Dans ce cas là, il nous faudrait partir à la maternité. Etonnamment, cette pensée ne m’angoisse pas ; je vais rencontrer mon bébé, et ça suffit à mon bonheur !
Je re-re-réveille mon mari et lui demande d’appeler la sage-femme. Les contractions sont de plus en plus douloureuses, je commence à me dire qu’il ne faut pas traîner.
Il est environ 3h du matin, mon mari est enfin debout, il finit par y croire ! Il appelle enfin la SF qui ne répond pas tout de suite, comme prévu. La nuit, il faut lui laisser un message, elle rappelle plus tard. Il commence ensuite à faire le lit, selon les instructions de la sage-femme. Je me dis qu’on devrait attendre d’être sure qu’elle peut venir… Il ressort ensuite les cours de préparation que nous avions eu pour Pomme à Tokyo et m’annonce : « contractions de moins de X secondes, tu es dans la première phase (dilatation de 0 à 3) qui dure tant d’heures. Bientôt dans la deuxième, qui dure… » Sans qu’il ne comprenne pourquoi, je lui ordonne de ranger tout ça et de se taire ! Non mais oh !!!
3h20, j’envoie un SMS à ma maman, lui disant « Bébé semble en chemin ». A cette heure là, contractions aidant, je commence à réaliser vraiment !
Mon mari réessaye d’appeler la sage-femme. Sonnerie, répondeur. Je ne sais toujours pas si elle va pouvoir venir mais je suis toujours sereine.
3h34, enfin, elle rappelle, me pose quelques questions (contractions, fréquence, durée, etc.), me demande si je veux qu’elle vienne… Oui ! Elle me dit qu’elle va passer, qu’elle est sur un autre accouchement à côté de chez moi (coup de chance immense !) mais que le travail n’avance pas. Elle sera là bientôt.
Je me dis que 2 accouchements en même temps, ça n’est pas possible. Elle va venir, m’examiner, me dire d’aller à l’hôpital… Je ne me vois pas du tout descendre les escaliers, faire un trajet en voiture (10 minutes environ). Et arrivée là bas, c’est sur, je vais réclamer une péridurale ! C’est complètement fou de vouloir s’en passer quand on sait que ça existe !
Je dis à mon mari que je ne suis pas sure d’y arriver cette fois ci, que j’ai vraiment trop mal. Heureusement, les contractions me laissent encore du répit.
3h55, ma SF arrive. Elle n’a pas traîné! Ouf ! Elle m’explique que si j’accouche rapidement, elle peut rester… Me demande combien de temps a duré mon premier accouchement. 9h.
Elle me met un monitoring quelques minutes, on discute un peu entre les contractions puis elle m’examine pour savoir où j’en suis. « Vous allez me dire 3? » ; elle me regarde, me sourit et m’annonce « vous êtes à 7 ! ». C’est à ce moment là, j’ai compris que j’allais vraiment accoucher à la maison !
Elle s’absente pour téléphoner aux autres parents et les informer qu’elle reste. Là je chuchote à mon mari « elle me dit 7 pour m’encourager, mais ça veut dire 6 en fait! ».
Il doit être 4h05. J’endure la pire souffrance physique que je n’ai jamais connue. La poche des eaux se rompt. La douleur augmente encore. Elle est intense. Inhumaine. Je rassemble mes forces pour sortir ce bébé et me libérer de cette douleur.
La SF m’encourage, mon mari me soutient.
Il est 4h13 quand notre bébé pousse son premier cri.
Une deuxième petite fille, nous sommes comblés !
Lys est parmi nous.

La SF est restée quelques temps, pour s’assurer que tout allait bien. Aucun soin n’a été pratiqué puisqu’aucun soin n’était nécessaire. Lys a été habillée vers 1h de vie, pesée à ce moment là (3,340 kg, alors qu’on m’avait annoncé un bébé de près de 4 kilos…). Elle s’est endormie en tétant, quelques instants plus tard.
On a envoyé quelques textos, mails, passé quelques coups de fil.
Puis la SF est partie retrouver l’autre maman (à laquelle elle avait téléphoné plusieurs fois depuis la naissance). Et là j’ai réalisé que si ma SF avait été chez elle au moment où on l’a appelé, elle serait arrivée après le bébé ! De la même manière, si j’avais choisi d’accoucher à l’hôpital, Lys serait née dans la voiture… Ou alors à la maison, sans assistance… J’ai pris conscience trop tard que c’était bien le jour J !
Tout a été tellement vite ! Ce fut à la fois intense et doux, douloureux et confortable.

Pomme s’est réveillée comme d’habitude vers 7h15. Comme d’habitude, son papa a été la chercher pour la mettre dans notre lit. Quelle joie pour elle d’y découvrir un bébé! Pomme voulait la prendre dans les bras, la toucher, lui faire des bisous! Il a fallu la canaliser un peu pour que Lys garde ses yeux opérationnels pour sa vie future! Toute la matinée, mon mari s’est occupé de Pomme qui a été vraiment calme, venant régulièrement voir « Zéloï » dormir!

Toute cette journée, je n’ai pas réussi à trouver le sommeil, malgré la fatigue. Je contemplais ce petit bout qui venait de naître, sans vraiment réaliser que c’est moi qui l’avait mise au monde!
Tout semble si normal, naturel, depuis son arrivée. La vie reprend son cours. A 4.

Les jours suivants :
Les jours suivants, ponctués des visites ou des appels téléphoniques de ma sage-femme, nous avons pu prendre nos marques en douceur à la maison.
L’allaitement, qui avait été si difficile pour Pomme, s’est mis en place très vite pour Lys.
Difficile cependant de réaliser que mon corps venait d’accoucher, qu’il avait besoin de repos. Etant à la maison, j’ai eu tendance à ne pas réussir à rester couchée toute la journée, à vouloir bouger et à en avoir besoin !
Aucune rupture pour Pomme qui a pu profiter de sa maman en m’apportant des livres à lui lire, en réclamant de l’aide pour ses jeux, en n’étant pas privée de bisous et de câlins.
Mon mari ayant pu prendre quelques jours de congé paternité a pu gérer au maximum l’intendance, les bains et couchers de Pomme, etc.
Bref, la vie a continué, comme si de rien était.
Lys est juste née, tout simplement…


12

Titoine |
bonjour |
mazarine80 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal de bord de Paul-...
| Céline, organisation de mar...
| marieetolivier