Bienvenue sur mon blog

Petit matin
21 janvier, 2011, 10:26
Classé dans : Au jour le jour,Ecole a la maison,Regard sur la societe

8h15.
Les filles m’ont offert une grasse matinée ce matin !
Je sors de mon lit et m’installe dans la cuisine avec Pomme pour notre petit déjeuner. Lys dort encore.
Dehors, il fait beau. Le thermomètre affiche 0. J’aime ce temps hivernal.

8h24.
Etrange ballet que celui qui se déroule dehors. Tous les matins, à la minute près.
La rue, vide jusqu’alors, se remplit d’un coup! Les portes s’ouvrent, les gens sortent.
Parents et enfants partent pour l’école.
Nous les regardons, emmitouflés de leurs bonnets, écharpes, gants, le cartable sur le dos.
Pomme boit son chocolat chaud. Nous sommes encore en pyjama.

8H26.
Lys se réveille. Je vais la chercher et l’installe avec nous dans la cuisine.

8h30.
Un petit retardataire remonte la rue en courant, précédé par sa maman qui l’encourage. Vite!

8h31.
La rue a retrouvé son calme.
Et de ma cuisine, je savoure la joie de vivre sans être perpétuellement en course contre la montre, de pouvoir respecter le sommeil de mes filles (même si j’apprécierais qu’elle respecte aussi le mien!), de vivre hors du stress de ce monde.

 

 



Premier pas vers le monde de l’IEF (instruction en famille)
29 novembre, 2010, 22:36
Classé dans : Ecole a la maison

Je parle de l’école à la maison, je vois septembre 2011 approcher, et je sais que cette année, le moment est venu de me rapprocher doucement de cet univers particulier des familles pratiquant l’IEF afin de me conforter dans ma décision, de m’aider à franchir ce cap.

Ca n’est pas comme l’AAD. C’est plus difficile. Accoucher chez soi, on ne le dit pas à tout le monde (une grande partie de ma famille l’ignorait), on en parle après, une fois que c’est fait. C’est déjà du passé quand on l’évoque, et personne ne peut plus tenter de nous faire changer d’avis, nous transmettre des craintes et des doutes.
L’IEF, c’est un choix qu’il faudra assumer au quotidien. Et j’ai du mal dans la vraie vie à affirmer mes idées! C’est tellement plus facile sur ce blog!

Bref, je reviens au sujet, pas d’impatience!

Inscrite sur un forum depuis quelques temps, je découvre qu’il y a dans ma région des sorties organisées, des rencontres, des ateliers.
Et justement, une maman cherchait à organiser un atelier d’anglais qui correspondait précisément à ce que j’avais cherché pour Pomme, sans succès. D’autant plus que la perle dont j’avais parlé dans un précédent billet nous a lâché sans prévenir…

Alors je me suis lancée. A tel point que j’ai même proposé d’accueillir le groupe chez moi! Et c’est le lieu qui fut retenu!
Sont donc arrivés au milieu de mes cartons 4 familles IEF ce qui, avec nous, faisait 11 enfants et 6 adultes.

Captivés par l’extraordinaire animatrice anglophone (je n’aime pas le terme « prof » car le but ici est plus un éveil à l’anglais qu’un cours), les enfants se sont présentés, ont fait « a cat » avec de la pâte à modeler, appris les noms des couleurs, fait une puzzle tous ensemble, mimé des comptines, etc.
Pendant 1h30, avec une pause gourmande, mon salon s’est transformé en lieu de vie, assez représentatif de ce que j’imagine de l’instruction en famille : des enfants libres d’apprendre, à leur rythme, sans pression ; certains quittant par moment le groupe pour y revenir par la suite.

Côté découverte, je savais que ça ne serait pas le moment de papoter avec les parents présents pour connaitre les raisons de leurs choix, la manière dont ils fonctionnent, dont ils gèrent un quotidien très atypique. Nous étions là pour l’atelier d’anglais et j’aurai l’occasion d’en savoir plus très prochainement puisque vendredi, nous allons à une rencontre dont le but est essentiellement les échanges entre parents et enfants.

Alors bien sur, mes puces n’étant pas encore en âge scolaire, elles seront les plus jeunes. La plupart des familles ont fait l’expérience de l’école avant de choisir la non-sco. J’ai l’impression d’y aller en observatrice un peu curieuse et j’espère réussir à trouver une petite place. De ce que j’en ai vu, je n’ai pas trop d’inquiétude, je serai bien accueillie !



Do you speak english?

Parce que moi, pas bien du tout!
Et pour avoir vécu à l’étranger (dans un pays pourtant non anglophone), je saisis l’importance de la maitrise de cette langue.

J’ai donc fait de l’apprentissage de l’anglais un impératif pour les filles, même si j’ai hésité avec d’autres langues. En effet, une fois qu’on parle anglais, les autres langues paraissent moins… enfin comment dire… on s’en satisfait…
Apprendre le breton, l’allemand ou le créole est pourtant très enrichissant, tant culturellement que sur l’aspect développemental.
Mais c’est avec le chinois que la balance a eu le plus de mal à pencher!

Le bilinguisme, ou tri- même, est une donnée que je connaissais mal et que j’ai eu la chance de découvrir mieux lors de ces deux années loin de la France.
J’ai pu observer les progrès quotidiens des enfants en anglais lors de leur première année dans une classe bilingue franco-anglaise. Et donnant des cours de français ou de remédiation scolaire dans des familles là-bas, j’ai découvert avec émerveillement que tous ces enfants ou presque maitrisaient deux langues ou plus.
Une maman allemande, mariée à un français, scolarisait ses filles dans une école américaine. Elle m’avait contactée pour donner des cours de français écrit à ses ainées et apprendre à lire en français à sa plus jeune fille de 6 ans. Les filles maitrisaient à la perfection ces trois langues à l’oral, sans aucune confusion, communiquant entre elles essentiellement en anglais, sauf lorsque j’organisais des activités de « groupe » où nécessairement, elles communiquaient en français.
Elles avaient un vocabulaire riche et précis, bien que le français soit la langue dans laquelle elles étaient le moins à l’aise!!!
Elles le lisaient avec hésitation, notamment pour les « ent » de fin de verbes et l’écrivaient en phonétique…
A ma question : »dans quelle langue pensez-vous dans votre tête? », la réponse, hésitante, fut finalement l’anglais. Même si l’allemand ou le français pouvaient leur venir parfois, selon les situations…
Tout cela leur était naturel, elles avaient appris ces langues sans aucune contrainte, de la même manière que l’enfant apprend sa langue maternelle. Le contexte particulier de cette famille m’avait fascinée.

Les langues, quelles qu’elles soient, sont la faiblesse de notre projet d’instruction en famille.
Déjà parce qu’avec mon niveau, les filles n’iraient pas loin! Mais même si je parlais anglais correctement (ou couramment, rêvons un peu!), il est plus cohérent que chaque langue ait des référents distincts et idéalement, que ce soit leur langue maternelle.

A l’âge des filles, être confrontées à une langue étrangère  n’est pas aussi déstabilisant que pour un adulte. Les enfants petits se prêtent au jeu, entrent plus facilement en communication.
L’enfant exposé à une langue étrangère pendant sa période sensible au langage l’apprendra beaucoup plus facilement.
De plus, le bébé tout petit est capable de produire TOUS les phonèmes existants. Les premiers sons produits par les bébés sont les mêmes dans tous les pays. Petit à petit, non exposé à certains phonèmes, l’enfant les oublie quand il maitrise de mieux en mieux ceux de sa propre langue. Et adulte, il est des sons que nous n’avons plus la capacité de produire. Pour ma part, je suis bien en peine de rouler des « R » en espagnol!
Bref, pour parler facilement, naturellement et sans accent une langue étrangère, le mieux est d’y être exposé dès le plus jeune âge.

C’est donc un bain de langage en anglais (bien limité) que je propose à mes filles, et surtout à Pomme.
Dans la voiture (soit une fois par semaine!), Pomme réclame systématiquement le cd de comptines en anglais.
Les rares dessins animés sont en anglais. Une à 2 fois par semaine. Lys apprécie beaucoup aussi, et malgré son jeune âge, je la laisse regarder également.
Mais l’anglais étant avant tout une langue, donc un outil de communication, il était indispensable que je trouve une personne pouvant venir communiquer en anglais!
Depuis peu, une jeune fille vient jouer pendant une heure (par semaine) avec Pomme.
Le but n’est pas d’en faire une enfant bilingue! Il n’y a donc aucune pression, aucune obligation de résultat. Ma seule demande : que ma Pomme timide passe un bon moment!
Bien que nous soyons encore en rodage, j’ai l’impression d’avoir trouvé la perle que je cherchais : une jeune fille connaissant bien les enfants et soucieuse de bien faire. Tellement, que j’ai du ce matin lui demander de prévoir d’en faire moins, c’était trop pour ma Pomme!
Concrètement, elle lui lit des histoires (l’incontournable Spot, des livres trouvés à la bibliothèque de mon quartier – et qui ne sortent jamais, regrettait la bibliothécaire !-, par la suite elle pourra utiliser « From Head to Toe« , véritable mine d’or!), joue avec les fruits et légumes en plastique, les puzzles, les playmobils, etc.
Ce matin, elle a surtout insisté sur les couleurs et nous avons convenu que je préparerais de la peinture pour la prochaine fois. Elles pourront aussi cuisiner ensemble et pourquoi pas faire des courses, habiller les poupées ou jouer à la dinette. Bref, rien de plus que ce que je fais régulièrement avec ma fille…si ce n’est l’anglais…

anglaismedium.jpg

 



Poudre aux yeux…
25 septembre, 2010, 18:29
Classé dans : Au jour le jour,Ecole a la maison

Cette fois ça y est. La demande est formulée clairement. Sans ambigüité.

« Je veux aller à l’école! »

Entendre sa demande…
ma fille veut aller à l’école…
notre projet d’instruction en famille serait il tué dans l’oeuf?…
d’où lui vient cette drôle d’idée?
comprendre sa demande…
que sait-elle de l’école?

Sourire. Positiver.
« Tu veux aller à l’école? Pour le moment, tu es un peu trop jeune. Quand tu seras un peu plus grande, on pourra l’envisager. Mais dis moi, pourquoi veux tu aller à l’école? »

« Pour faire du toboggan ».

Je souffle (et je me retiens d’éclater de rire…)
Notre projet est donc toujours d’actualités! Ouf!
Allons donc faire du toboggan. Ailleurs qu’à l’école.

Pomme associe donc l’école au toboggan (et non aux activités d’apprentissage, comme je le supposais dans un précédent article)
Je sais bien d’où vient cette association. Lorsque nous allons à la bibliothèque, nous longeons cette petite école maternelle, publique, avec son joli toboggan.

Voilà donc l’image que Pomme a dans la tête quand on parle de l’école :

18092010023.jpg
Le toboggan? Cherchez bien, tout au fond, entre les deux arbres, vers la droite…
Cette verdure? eh bien c’est la cour! Oui, c’est plutôt grand.
Et quand nous passons à côté, moi aussi, j’ai bien envie d’y aller, dans cette école!

Comment lui expliquer :
-que toutes les écoles ne sont pas comme ça…
-que l’école, c’est bien autre chose…
-que nous ne dépendons pas de ce secteur…

En tous cas, elle a une image positive de l’école! Et on ne pourra pas m’accuser de lui avoir mis des idées dans la tête!



« Alors, bientôt l’école? »
26 août, 2010, 15:46
Classé dans : Ecole a la maison,Regard sur la societe

J’aurai dû compter combien de fois j’ai entendu cette phrase cet été!
La pharmacienne, la bibliothécaire, la caissière, la voisine.
Mais laissez là donc grandir! Elle est de 2008, elle n’a même pas 3 ans, et elle est trèèès bien à la maison!

Hier, une copinaute (définition copinaute : nom féminin, contraction de copine+internaute. Personne avec laquelle on entretient, de manière plus ou moins régulière, des relations par internet) rencontrée IRL (=In Real Life, dans la vie réelle) m’a posé cette même question.

Lassée de répondre « Non, non, elle est de 2008, elle rentreraIT en septembre 2011″, j’ai décidé de jouer franc jeu : « Nous avons un projet d’instruction en famille, donc l’école, c’est dans trèèès longtemps, ou même pas du tout. »
Aucun jugement. Ni regard de travers. Non. Rien. Une demi seconde de blanc. Et :
« Ah oui? ça m’intéresse? Nous y pensons aussi! »
Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhh, que ça fait du bien!

Aux autres, aux amis, à la famille, je le dis déjà.
A demi-mot. En ajoutant : « On se laisse le droit de changer d’avis, bien sur. Et si elle veut y aller, elle ira. Mais en tous cas, ça n’est pas pour tout de suite. Etc. »
Mon mari s’étonne que je prépare ainsi le terrain, un an à l’avance.
Il n’entend pas les gens qui régulièrement me demandent pour quand c’est, l’école. Dans notre quartier, elles sont toutes ZEP (ou autre sigle, ça change tout le temps) et tous les enfants entrent à 2 ans et demi en TPS (Toute Petite Section de maternelle).
Il ne comprend pas que j’ai besoin de commencer à en parler pour préparer l’entourage à l’idée, pour éviter qu’à même période, l’an prochain, les pressions ne se fassent trop fortes.
Pour lui, c’est acquis depuis longtemps. Pas besoin d’en faire tout un plat. Pour moi, c’est un choix qu’il faudra assumer, affirmer, face aux regards sceptiques des personnes que je croiserai. Et qui dans quelques années lui diront « Ben, t’es pas à l’école? ».

Et au prochain qui me lui demande « Alors, bientôt l’école? », je réponds : « Non, non, bientôt les vacances!!! »Et de ça, j’ai hâte!

 



Le jardin de Maria
18 août, 2010, 15:40
Classé dans : A fabriquer,Ecole a la maison,Materiel,Montessori

C’est un événement dans le milieu des mamans pratiquant Montessori à la maison, sous l’impulsion de deux blogueuses (elle, et puis elle), le jardin de Maria a vu le jour.

Il s’agit d’un espace de partage de documents créés dans le respect de la pédagogie à l’image de ce qui existait déjà chez les anglophones.

On y trouve(ra) pleins de trucs et astuces, des tuto de fabrication, d’idées, de feuilles de route, d’exercices, de matériel déjà prêt à l’emploi qu’il ne reste qu’a imprimer, etc. pour pratiquer encore mieux l’instruction en famille!
Tout le monde peut y participer, en cliquant sur « Participer » et en se laissant guider par les instructions. Ca a l’air d’être un jeu d’enfant!
Il va d’ailleurs falloir que je fasse le tri dans mon pc pour y dénicher les fichiers qui pourront servir à d’autres!
N’étant pas très habile avec l’ordinateur, je ne suis pas sure de réussir à faire d’aussi jolis fichiers que certaines, mais je vais essayer. L’idée étant de ne pas recevoir beaucoup sans donner un peu!

Un grand merci aux initiatrices de ce projet et à celles et ceux qui y participeront!



Rencontre du 3ème type…
19 juillet, 2010, 9:55
Classé dans : Au jour le jour,Ecole a la maison

Je le disais dans un billet précédent, ces vacances normandes auront été l’occasion de rencontres.

L’une d’elle fut particulièrement enrichissante pour moi : j’ai rencontré une extra-terrestre ! De la même race que moi, visiblement !
Appelons là Z.
Z. est une maman rencontrée par la biais d’un forum, scolarisant à domicile deux de ses cinq enfants.
Deux heures de découverte, de visite de leur salle de classe, d’envie de toucher à tout, de discussion  avec l’impression de pouvoir tout dire et d’être reçue 5/5, l’impression d’entendre des propos que j’aurais pu tenir.
Wahou ! ça fait du bien !
Donc Z. scolarise sa « grande » (qui est en fait plutôt une de ses petites puisqu’elle est la quatrième de la fratrie) de niveau primaire depuis un an. Elle a pris pour appui des cours par correspondance mais s’en passera l’an prochain.
Dans le même temps, sa « petite » (plus grande que ma grande) n’a jamais pris le chemin de l’école et intègre les notions qu’on y apprend en maternelle grâce à la pédagogie Montessori.
Pomme, après son nécessaire temps d’adaptation, était plutôt à l’aise et s’est installée sur la petite table de la classe. N’ayant  pas le temps de lui présenter correctement le matériel, je lui ai installé d’abord un, puis deux blocs de cylindres, qu’elle a fait sans aucune difficulté.
Elle a ensuite demandé la tour rose ! Toujours en fabrication à la maison, je ne lui ai pas encore présenté. Cependant, je l’ai laissé manipuler à sa guise le matériel. J’avais pensé que, puisque Pomme savait faire sans difficulté depuis de nombreux mois cette tour d’éveil et jeux, ce serait pour elle un jeu d’enfant. Et bien non, c’est nettement moins aisé car la différence de taille entre les pièces est bien plus petite et les pièces étant pleine (pas encastrables), elles tiennent les unes sur les autres même lorsqu’une plus grande est mise sur une petite. Quel régal de la voir ainsi tâtonner ! Elle a quand même réussi mais je sais que le travail que mon mari fait en ce moment ne sera pas vain : la tour rose aura une utilité pour Pomme !
Z. m’a montré plusieurs activités mais nous avons surtout pris le temps de discuter.
Pomme et Lys furent bien occupées ; il y avait tant de choses à faire !
Nous sommes reparties avec un goût de trop peu et avec un joli cadeau : une pierre volcanique qui nous servira à faire l’activité « flotte ou coule ? »
Un grand merci à Z. de nous avoir présenté son monde et j’espère à bientôt!

Pour Pomme et Lys, la rencontre la plus marquante ne fut pourtant pas celle ci.
Je suppose qu’elles se souviendront plus longtemps de leurs échanges avec Boule!
p1160166medium.jpg
Lys a semblé très impressionnée, décochant même un magnifique coup de pied-réflexe à la petite boule de poils qui circulait un peu trop près d’elle… (rassurez-vous, aucun blessé à déplorer!) Petit à petit, elle s’est habituée aux mouvements du petit animal, sans jamais l’approcher de trop près.
Pomme, bien plus à l’aise, lui a donné à boire et à manger, l’a « coiffé », caressé.
Ne souhaitant pas pour le moment prendre la responsabilité d’un animal à la maison, j’ai conscience cependant que vivre en leur contact a un impact très positif pour les enfants.

P.S. pour Z : n’ayant pas pris de photo l’autre jour, si tu en as une de ta classe à me faire parvenir, je serai ravie de l’utiliser pour illustrer l’article  ;)

 



Au travail!

Pendant quelques jours, Pomme n’a pas manifesté l’envie de faire des activités, semblant bouder jusqu’à ses jouets.
J’ai proposé des nouveautés, effectué un roulement des jouets, sans succès. Et avec le retour de la fraicheur et de la pluie, les sorties se faisant plus rares, j’avais l’impression que ma puce s’ennuyait, tournait en rond.
Bref, temps mort.
J’ai laissé faire, sans insister.

Et ce matin, miracle! J’ai du la stopper pour déjeuner, sinon elle y serait encore!

J’avais repéré son attirance pour la colle qu’elle a découverte avec son papa ( qui nous fabrique une tour et un escalier… à suivre…) ; je lui ai donc proposé un bâtonnet et montré comment l’utiliser.

p1140737medium.jpg
Après avoir collé avec application des petites formes, elle a souhaité continuer à faire du travail.
Cependant, les activités du placard ne l’inspirait pas plus que ça.

Un regard sur ce que j’ai à disposition, une minute de réflexion sur les centres d’intérêt du moment, et c’est parti pour une nouvelle activité.
Numérique! Pomme nommant régulièrement des nombres (un peu au hasard), comptant les marches, etc. Une boite à oeufs et des cubes : 1 cube par case, puis 2. Puis j’ai disposé 11 cubes, demandant à Pomme de mettre le douzième au bon endroit. Elle a beaucoup aimé et m’a demandé ce jeu un bon nombre de fois!

p1140729medium.jpg

Nullement rassasiée par ce jeu dont je me suis lassée avant elle, nous avons continué avec, une activité sur « fiche ».
Je l’avais imprimée il y a quelques jours, dans sa période « d’ennui », mais ça ne l’avait pas intéressée.
Je l’ai ressortie aujourd’hui. Elle a semblé apprécier mais nous n’en ferons pas souvent car je n’aime pas ce type de support!
Il s’agissait de relier deux dessins : un animal et son ombre. L’objectif n’était pas la discrimination visuelle (tant l’activité était évidente) mais de voir si elle était en mesure de comprendre et d’effectuer « relier ».
Nous l’avons d’abord fait ensemble sur l’ardoise magique puis je lui ai présenté la feuille à faire seule. Et elle m’a épatée!

http://www.dailymotion.com/video/xd94ks

Voilà une matinée bien remplie.

Dans les jours à venir, je réorganiserai les activités en libre service avec 3 nouveaux plateaux :
-le plateau de découpage sera remplacé par une activité découpage/collage.
-un plateau accueillera une boite à oeufs et 12 cubes. Le but étant d’en disposer 2 par case.
-un plateau de transvasement à la pince avec des petites boules en ouatine/tissu.



Retour de vacances
12 avril, 2010, 22:10
Classé dans : Au jour le jour,Ecole a la maison

« Quelle chance, vos enfants sont encore petits! Vous pouvez encore prendre des vacances quand vous voulez, profitez-en! »
Et nous comptons bien en profiter LONGTEMPS! Encore une bonne raison de choisir l’instruction en famille!

Telle fut donc la raison de l’absence de billets durant quelques jours!
Et ces vacances dans nos familles, à l’occasion de Pâques et du mariage de mon petit frère, sont source d’inspiration pour ce blog…

A très bientôt donc!

p1130590medium.jpg



C’est au programme!
5 février, 2010, 10:42
Classé dans : Ecole a la maison,Regard sur l'ecole,Regard sur la societe

S’il y a bien une chose qui n’est pas au programme pour le moment chez nous, c’est l’école.

De nombreuses raisons nous poussent vers l’instruction en famille, autrement appelée école à la maison.

L’une d’elle, tout à fait d’actualité ces jours-ci, concerne le contenu des programmes scolaires.

Non pas que je veuille contrôler parfaitement tout ce que mes enfants reçoivent, mais il est des choses auxquelles je m’oppose fermement!
Je m’oppose à ce qu’on leur lise certains albums de jeunesse en maternelle, tel que le nuage bleu de Tomi Ungerer. *
Je m’oppose à ce que leur impose des croyances, comme celle du Père Noël.
Je m’oppose à ce qu’on leur demande de mémoriser de manière logographique des dizaines de mots qui sont supposés leur permettre d’apprendre à lire.
Je m’oppose à ce que le guide du zizi sexuel soit utilisé comme outil pédagogique et que ça soit par sa laideur et sa vulgarité que mes enfants découvrent la sexualité.
Je m’oppose à ce qu’à 9 ans, on leur enseigne quel moyen de contraception protège des MST.
Je m’oppose à ce qu’on leur explique en primaire ce qu’est l’homosexualité et en quoi elle est belle et poétique.
Je m’oppose à ce qu’au collège, le planning familial vienne leur parler de l’IVG comme la solution simple et efficace à un problème.
Je m’oppose à ce qu’on donne à mes filles sans que j’en sois informée la pilule du lendemain à l’école.
Je m’oppose à ce qu’on déforme la réalité historique pour gommer les aspects religieux du passé de la France.
Je m’oppose à ce qu’on utilise l’école comme lieu de propagande dès qu’une idée doit passer à grande échelle (environnement, santé, sexualité, etc.)!

Et tout ça, c’est au programme!

Enfin, pas au mien, pour le moment!

 

 

illustration à venir

* Extrait du texte du livre « Le nuage bleu » de Tomi Ungerer, livre pour enfant paru à l’école des loisirs et trouvé un jour dans la bibliothèque d’une classe de petite et moyenne sections (3/4ans) :
« Ce n’était que carnages et pillages.
Les blancs tuaient les noirs,
les noirs assassinaient les jaunes,
les jaunes trucidaient les rouges
et les rouges exécutaient les blancs. »
Je vous épargne les images, d’une violence inouïe, où l’on voit des cadavres, des gens se courant après avec des haches, des visages horrifiés de mères avec leur bébé dans les bras, des flammes, des bris de verre, etc.
Qu’est ce que tout cela vient faire en maternelle?


12

Titoine |
bonjour |
mazarine80 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal de bord de Paul-...
| Céline, organisation de mar...
| marieetolivier