Bienvenue sur mon blog

Sets de table (modifiés!)
16 décembre, 2010, 15:25
Classé dans : 18-24 mois,2-3 ans,3-5 ans,A fabriquer

Cela n’aura échappé à personne, c’est bientôt Noël.
Ici, les préparatifs vont bon train!
Et dans notre hotte familiale à destination des cousins, cousines, oncles et tantes, il y aura quelques cadeaux « made in home » auxquels Pomme aura participé.

Voici par exemple que sa cousine, 4 ans, recevra (en complément) un lot de set de tables.

settablesmedium.jpg

J’ai tout simplement repris ceux que Pomme a à sa disposition depuis bien longtemps, photocopié-couleur grâce à mon imprimante multi-fonction, confié à Pomme le soin de faire un contour à l’aide de peinture et du bout de ses doigts et plastifié.
En espérant que l’enfant qui les recevra sera heureuse de mettre la table pour ses poupées grâce à ces sets.

Logiquement, il aurait fallu que le verre soit représenté par un rond car vu d’au dessus mais j’ai volontairement représenté un verre à plat car à la base, ils étaient faits pour Pomme qui avait alors 19 mois! Elle était trop jeune pour comprendre cette représentation.

En voici une version scannée, si vous voulez faire de même.

Sets de table (modifiés!) dans 18-24 mois pdf settablesmontessoriretouche.pdf

Un immense merci à Constance qui a retouché les images pour une version améliorée!



Emploi du temps
30 septembre, 2010, 15:12
Classé dans : 3-5 ans,A fabriquer,Au jour le jour

Je l’évoquais ici, cette année, nous allons essayé de mettre en place des activités plus régulières pour Pomme.

Pomme parle beaucoup du temps qui passe, du jour qu’on est, de hier et demain (hier regroupant également ce qui s’est passé il y a plusieurs mois…). Elle conjugue bien au passé, au présent et au futur, utilise beaucoup les adverbes avant, après, mais les notions de jour, d’hier et de demain, de matin et d’après midi sont encore floues.

En juin, pour préparer le départ en vacances, j’avais hâtivement préparé un support avec les activités jour par jour et une petit fille qui avançait chaque matin. Le vendredi où nous partions, le train était représenté.
Depuis 3 mois, j’utilisais régulièrement ce support mais il était plus que perfectible.

30092010045.jpg
Sa forme imposait qu’en fin de semaine, le petit bonhomme retourne au début. J’ai souhaité réaliser un support qui permette de visualiser que le 1er jour de la semaine (ici le dimanche) était bien le lendemain du samedi. J’ai opté pour un mouvement circulaire mais Aude a apporté une autre solution : couper la semaine en deux! Je n’y avais pas pensé! Malgré tout, j’ai persisté dans mon choix, entre autre parce que je m’étais arraché les cheveux sur la version 2010 d’office que mon mari m’a si gentiment installée!
Pour vous simplifier la vie, la version de Aude est téléchargeable sur son blog!

Je n’avais rien mis en page, aucune couleur, aucun détail, préférant me laisser du temps pour y réfléchir.
Après une discussion avec une maman dont la fille est scolarisée à Steiner, j’ai décidé de donner à chaque jour une couleur et une activité phare.

J’ai choisi les couleurs primaires et secondaires et j’ai ajouté le blanc. J’ai distribué les couleurs dans un ordre qui n’a aucune autre logique que la mienne : blanc pour le dimanche, jaune pour le jeudi (ressemblance phonologique), vert pour le vendredi (idem), bleu pour le samedi (pour moi, le samedi ne peut être que bleu… ne cherchez pas pourquoi…), violet pour le lundi, rouge pour le mardi et orange pour le mercredi.

Côté présentations des activités, je suis encore en phase de recherche.
J’ai pour le moment choisi des images variées assez représentatives des activités que nous faisons.
Dans un premier temps, nous nous laisserons guider par les envies de Pomme, par la météo, par les besoins et envies du moment.
Après notre déménagement (prévu mi novembre), il y aura une activité fixe par jour, selon les horaires de la bibliothèque, les disponibilités de la prof d’anglais, etc.
Cela permet d’avoir une régularité dans les activités et cela facilite le repérage de l’enfant dans le temps. Pomme devait avoir 20 mois lorsqu’un matin, alors que je venais de lui dire : « Aujourd’hui, on est dimanche », elle me répondit à ma plus grande surprise : « voir Jésus et Marie »! Elle avait associé le dimanche à la messe et savait donc très bien ce qu’on allait faire. Depuis, elle a mémorisé le nom des jours de la semaine et sait quels jours « Papa travaille ». A noter cependant que les activités fixes ne nous prendront qu’une partie de la journée, et que Pomme et Lys pourront continuer de choisir spontanément ce qu’elles souhaitent faire (ou ne pas faire) le reste du temps !

Les journées sont divisés en 2 : matin et après midi.
Les moments clefs de la journée à savoir lever, petit déjeuner, déjeuner, sieste/repos, gouter, bain, diner, prière, coucher n’apparaissent pas sur cet emploi du temps de la semaine. Ils figureront sur l’horloge que je suis en train d’essayer de mettre en place mais mes compétences en informatique font que je n’arrive pas à faire ce que je souhaitais. Mais ça vient, ça vient!
Sur cette horloge, j’ai utilisé un dégradé de gris pour représenter l’avancée de la journée. Le matin est donc gris très clair, l’après midi un peu plus foncé. Sur le semainier, les fonds « matin » et « après midi » étaient supposés reprendre ce dégradé mais j’ai de gros soucis d’imprimante qui font que la couleur finale n’est pas la même que l’initiale! Je referai tout ça quand nous aurons une nouvelle imprimante, probablement après le déménagement! Grrr!
Et je remercie au passage ma maman qui a imprimé les pictogrammes pour me les envoyer par la poste! A l’ancienne!
Voilà donc ce que Pomme découvrira après sa sieste!

p1010207medium.jpg

Avouons le, mettre en place un tel emploi du temps n’est pas seulement bénéfique pour Pomme.
C’est même surtout moi qui en ait besoin !



Le jardin de Maria
18 août, 2010, 15:40
Classé dans : A fabriquer,Ecole a la maison,Materiel,Montessori

C’est un événement dans le milieu des mamans pratiquant Montessori à la maison, sous l’impulsion de deux blogueuses (elle, et puis elle), le jardin de Maria a vu le jour.

Il s’agit d’un espace de partage de documents créés dans le respect de la pédagogie à l’image de ce qui existait déjà chez les anglophones.

On y trouve(ra) pleins de trucs et astuces, des tuto de fabrication, d’idées, de feuilles de route, d’exercices, de matériel déjà prêt à l’emploi qu’il ne reste qu’a imprimer, etc. pour pratiquer encore mieux l’instruction en famille!
Tout le monde peut y participer, en cliquant sur « Participer » et en se laissant guider par les instructions. Ca a l’air d’être un jeu d’enfant!
Il va d’ailleurs falloir que je fasse le tri dans mon pc pour y dénicher les fichiers qui pourront servir à d’autres!
N’étant pas très habile avec l’ordinateur, je ne suis pas sure de réussir à faire d’aussi jolis fichiers que certaines, mais je vais essayer. L’idée étant de ne pas recevoir beaucoup sans donner un peu!

Un grand merci aux initiatrices de ce projet et à celles et ceux qui y participeront!



La tour rose
13 août, 2010, 21:55
Classé dans : 2-3 ans,3-5 ans,A fabriquer,Montessori,Sensoriel

Reçue, présentée, adoptée!

Il faut dire que je l’aurai attendu ce matériel!
Mon cher et tendre avait décidé de se lancer dans la fabrication en suivant une technique un peu similaire à celle présentée dans l’atelier montessori.

Les mesures des cubes étant les mêmes que celles de l’escalier marron en hauteur et base, il projettait de faire les deux en même temps. Et tant qu’à faire, je lui avais suggéré d’en profiter pour acheter de quoi faire les barres rouge et les barres rouge et bleues.

Avant d’acheter les tasseaux et en suivant les mesures indiquées sur le site du magasin, il avait dessiner ses petits schémas, soigneusement réfléchi à l’ensemble de la réalisation.
Une fois sur place, mauvaise surprise. Les mesures indiquées étaient celles avant le rabotage. Il manque donc à chaque fois 1 ou 2 mm.
Pour les barres numériques, pas de problème. Elles feront 2,4 au lieu de 2,5.
Pour la Tour Rose et l’Escalier Marron, c’est plus ennuyeux.

Monsieur se lance malgré tout et son travail prend forme.

tourrosemaisonmedium.jpg

Seulement voilà, certaines pièces ne sont pas parfaitement cubiques du fait du rabotage, le cube le plus grand fait 9cm d’arête au lieu de 10, et monsieur est perfectionniste.
Il décide donc d’en faire une 11ème, plus grande et de toutes les poncer pour les réduire. Et voilà qu’au moment de poncer, ce travail s’avère impossible. La ponceuse rend l’âme.
Monsieur est énervé déçu.
Et c’est à ce moment là précis de l’histoire qu’une maman du forum annonce qu’elle vend une Tour Rose d’occasion!

Près de 3 mois après le début de la fabrication, voilà donc que je reçois le fameux matériel.

Déballée avec émotion pendant une sieste de Pomme, je n’ai pas attendu très longtemps pour lui en faire la présentation.

Mais c’est quoi la tour rose?
La tour rose est un matériel sensoriel mis au point par Maria Montessori.
Par la manipulation de ces 10 cubes, l’enfant va apprendre à ordonner dans les 3 dimensions.
Et pourquoi rose? Parce que c’est joli! et surtout parce que c’est uni, ce qui permet la concentration.

Bref, voilà ma Pomme manipulant ce matériel emblématique, sous le regard discret et attendri de sa maman.
Avec une facilité déconcertante, elle fait, défait, refait la tour. En 3 jours, elle a déjà du la faire une dizaine de fois…
p1000494medium.jpg

p1000499medium.jpg

Je tiens tout de même à préciser que d’autres courageux se sont lancé avec plus de succès dans la fabrication de ce matériel!
La technique de base peut permettre un résultat tout à faire convenable et si les tasseaux avaient été de la taille indiquée sur le site, la tour et l’escalier seraient fait maison.



Permanence de l’objet – boite « d’imbucare »
25 juillet, 2010, 22:42
Classé dans : 6-12 mois,A fabriquer,Montessori

On trouve dans le matériel des ambiances Nido des objets particulièrement intéressants.

Parmi eux, des boites à formes ont retenu mon attention.
Il y en a plusieurs modèles, à difficultés progressives et aux objectifs différents, ne contenant à chaque fois qu’une seule forme à encastrer.
Certaines visent la maitrise de l’encastrement avec une difficulté progressive (boule puis cylindre, carré, triangle, rectangle), d’autres permettent à l’enfant d’expérimenter la permanence de l’objet.

montessorimedium.jpg
Inspirée par ces boites et ayant à ma disposition une boite à chaussures (un peu trop grande, certes), je me suis lancée.
Un coup de cutter, un peu de papier auto-collant imitation bois (on arrive au bout du rouleau! ouf!), une boule en bois issue d’un autre jeu.
Une fois cela fait, j’étais un peu perplexe. Comment présente-t-on un jouet à un si jeune bébé?
A quel âge allait-elle être intéressée par cet objet?
J’ai posé la boite sur une étagère, et elle a pris la poussière quelques temps…

Remarquant l’intérêt de Lys (8 mois) pour les petites balles, j’ai tenté.
J’ai ressorti la boîte, je l’ai posée devant elle, j’ai mis une fois la boule dans le trou et je l’ai ressortie, laissant ensuite l’ensemble à sa disposition.
Perplexe à son tour, elle a pris la boite en main, l’a manipulée un peu, puis reposée. Elle a ensuite passé sa main dans le trou, sans rien trouver dans la boite. J’ai du intervenir quand elle a commencé à prendre appui dessus pour se mettre debout, mon chef-d’oeuvre en carton étant bien moins solide que du bois. Elle s’est alors intéressée à la boule avec laquelle elle a tapé contre la boîte ; au bout d’un certain temps, elle a fini par la mettre dans le trou. Le « tiroir » restant entrouvert, et après plusieurs essais de récupération par le trou du dessus, elle a fini par la ressortir par le côté. Pour recommencer. Plusieurs fois. Elle a ensuite pris un jouet à proximité pour le mettre lui aussi dans la boite.

Je ne sais pas du tout combien de temps tout cela a duré mais j’ai été fascinée par la capacité de concentration de Lys si longtemps. Il faut dire que je ne prends pas souvent le temps de l’observer du début à la fin d’une activité.

J’ai fait quelques photos à la fin, mais je ne voulais pas la déconcentrer…

imbucaremedium.jpg

J’ai ensuite voulu la filmer, mais visiblement, elle n’était plus très intéressée par la boîte.
Elle jouait à cacher la boule sous son t-shirt et à la ressortir. Ce petit jeu, anodin en apparence, est une autre façon d’expérimenter la permanence de l’objet qui continue d’exister même quand l’enfant ne le voit plus!

Quelle richesse que ces expériences des tous-petits! C’est un régal pour moi de découvrir ce monde si mystérieux!



Deuxième cadre d’habillage
26 mai, 2010, 14:58
Classé dans : 2-3 ans,A fabriquer,Materiel,Montessori,Motricite fine

Pomme maitrisant parfaitement la fermeture éclair du premier cadre d’habillage, je lui ai proposé le deuxième : celui des gros boutons.
Réalisé avec la même base (les cadres trouvés chez Leroy Merlin), dans un tissu uni et avec cinq gros boutons de 25mm ; vous trouverez ici un très bon tuto.
J’ai fait des boutonnières verticales, ce qui serait plus facile.
p1140993medium.jpg
Ce cadre semble être parfaitement adapté en terme de difficulté aux habiletés motrices de Pomme : ni trop compliqué, ce qui risquerait de la mettre en échec, ni trop facile.
Avec de la concentration et beaucoup de persévérance, elle y arrive!

Je vais tâcher de réaliser prochainement les cadres suivants, même s’ils ne seront présentés que dans quelques mois au plus tôt!
 



Premier cadre d’habillage
15 mai, 2010, 21:10
Classé dans : 2-3 ans,A fabriquer,Materiel,Montessori,Motricite fine

Depuis lundi, Pomme a continué sur sa lancée! Tous les jours de la semaine, elle a fait et refait des activités.
Elle semble même avoir fait des pas de géants durant sa période « d’inaction »… Un peu comme si elle avait eu besoin d’un temps de digestion.

Dans mon précédent billet, j’avais parlé de la mise en place de 3 nouveaux plateaux ; je n’en ai fait qu’un : celui de la boîte à oeufs. Le reste attendra.
Cependant, je n’ai pas chômé! Grâce à une info de première importance sur un forum très  utile quand on veut découvrir ou approfondir sa connaissance de la pédagogie Montessori, j’ai appris que des cadres basiques en bois 30×40 existaient chez Leroy Merlin pour 2,99 euros! Ikéa ne faisant plus ce type de modèle, j’avais repoussé la fabrication du premier cadre d’habillage pour lequel j’avais une fermeture éclair en réserve depuis bien longtemps.

Un cadre d’habillage? Kézako?
C’est un matériel de la pédagogie Montessori.
Chaque cadre isole une technique d’habillage, permettant à l’enfant de s’entrainer et de se perfectionner.
Le premier cadre, le plus facile, est présenté vers 2 ans, 2 ans et demi. Il s’agit de celui de la fermeture éclair non séparable, comme sur une jupe. Viennent ensuite les cadres des gros boutons, des boutons-pressions, de la fermeture éclair séparable, des petits boutons, des agrafes, des boucles de ceinture, des lacets, des épingles de sureté,  etc. Les listes différent quelque peu d’un site à l’autre car on peut adapter aux techniques d’ouverture qui n’existaeint pas à l’époque de Maria Montessori. L’essentiel étant que ce soit progressif et que chaque difficulté soit isolée.

Bref, me voilà donc avec mes puces dans le bus direction Leroy Merlin, dont je suis ressortie avec 6 cadres en 30×40 cm.
6 cadres qui me suffiront, même s’il m’en aurait fallu davantage pour faire les choses bien!

Il semble que le format initial des cadres d’habillage soit 30x30cm, mais le format rectangulaire permet d’orienter verticalement. 30×40 cm, pour un enfant, c’est très grand! Je pensais que ce matériel serait trop facile pour Pomme mais sa dimension a rendu la tâche plus complexe que prévue!

Avec l’un de ces cadres donc, une fermeture éclair 35 cm et deux morceaux de tissus (choisir un tissu uni ; j’ai volontairement pris une couleur différente de celle de la fermeture pour contraster), j’ai réalisé le premier cadre.
J’ai commencé par la partie textile : rejoindre les deux morceaux sur la fermeture éclair.
Et pour fixer le tout aux montants, je voulais faire comme elle. J’avais réussi, après avoir démonté le pied de ma machine, à passer le cadre en bois, mais impossible de coudre aussi près du bord avec ma machine compacte.
Tant pis, j’ai cousu à la main, mais j’aurai pu le faire à l’agrapheuse…

J’ai attendu le moment propice pour présenter ce nouveau matériel. Là aussi, n’ayant pas encore suivi de formation, le forum cité plus haut m’a bien aidée!
Sans un mot, j’ai pris le cadre, je l’ai posé sur la petite table. J’ai ouvert lentement la fermeture, écarté ensuite les pans de tissu, touché la table, rabattu les pans et refermé, toujours lentement. Puis, j’ai rangé le cadre.
Le tout sous le regard émerveillé de Pomme. Qui avec application a reproduit ces gestes.

cadrehabillagemedium.jpg



Fabriquer les « boites à sons »
15 mars, 2010, 23:03
Classé dans : 3-5 ans,A fabriquer,Materiel,Montessori,Sensoriel : entendre

J’ai découvert ce matériel il y a déjà plusieurs années, alors que je travaillais dans une classe où l’enseignante était formée à la pédagogie Montessori. Je l’avais toujours gardé dans un coin de ma tête, tant c’est facile à réaliser.

Voilà à quoi ressemblent les vraies-belles boites de sons vendues chez Oppa :
boitedessons0.jpg
Mais bien sur, si le coût financier est raisonnable pour une classe, il l’est beaucoup moins pour une famille!

Alors, au travail!

Ma mère prenant régulièrement des compléments de Magnésium et de calcium, je lui avais demandé de me mettre de côté les tubes vides. Ce qu’elle a fait pendant plus d’un an!

Rien ne pressait bien sur, car ce matériel ne servira pas avant de longs mois (vers 3ans et demi-4 ans). Mais aujourd’hui, j’ai eu envie de me lancer! D’autant plus que j’ai encore de quoi m’occuper avec tout ce qu’il y a à fabriquer, que ça soit dans le matériel Montessori (lettres rugueuses, barres rouges, escalier marron, etc.) que dans d’autres domaines (fiches de graphisme réutilisables, par exemple).
Me voilà donc avec mes tubes :

p1120993medium.jpg
Je les ai d’abord recouvert avec le papier autocollant imitation bois qui trainait dans le placard de bricolage :
p1120995medium.jpg

Deux petites mains m’ont ensuite aidé à les remplir de différents objets : 2 tubes de boutons, 2 de pièces, 2 de lentilles, 2 de vis, 2 de quinoa et 2 de coquilettes… J’aurais pu y mettre également billes, trombones, riz, sel. Peu importe, l’essentiel étant que les bruits soient suffisamment différents.
Attention à bien mettre le même nombre de boutons, le même type de pièces ou la même quantité de lentilles, faute de quoi les bruits diffèrent.
p1130002large.jpg

On referme!  Le gros avantage des tubes que j’ai utilisé, c’est que leurs bouchons, en plus d’être très difficiles à ouvrir, sont de deux couleurs. J’ai donc deux séries : une orange et une bleue.

p1130003medium.jpg

Le but du jeu est d’appareiller les tubes en les secouant un à un et en comparant le bruit entendu.
J’ai bien sur essayé, et ça n’est pas évident. Il faut que je réfléchisse à modifier un contenu trop proche d’un autre son.
Mais ouf! j’ai quand même réussi!

Sous les tubes, des gommettes colorées permettent au jeu d’être auto-correctif. Pour vérifier s’il ne s’est pas trompé, l’enfant retourne les tubes deux à deux. Si les gommettes sont de la même couleur, c’est que la paire est juste!

p1120997large.jpg
(dessous d’un tube)

Mon mari, découvrant le matériel ce soir, me dit : « mais le problème du matériel auto-correctif, c’est que l’enfant peut tricher! Elle (notre fille) comprendra bien vite qu’elle peut associer les gommettes de même couleur pour constituer les paires ».
Oui bien évidemment, mais quel interêt y a t il à « tricher » quand la satisfaction vient de l’activité en elle-même?
J’ai donc expliqué à mon mari qu’il n’y a pas de vérification par l’éducateur, que l’enfant fait l’activité simplement pour le plaisir de la faire, et que c’est bien plus amusant de chercher les paires en secouant et de vérifier à la fin si c’est juste ou non que de les associer directement grâce aux gommettes.

Et voilà. Comme les coussinets d’hier, les boites à sons vont désormais attendre patiemment quelques mois. Ce qui me laisse un peu de temps pour trouver deux petites boites pour y ranger chaque série.



Petits coussins à toucher

Immanquablement, Lys va grandir!

De jour en jour, elle attrape les objets avec une précision qui s’affine.
Dans quelques semaines, elle tiendra assise.
Dans quelques mois, son activité principale consistera à vider des panières et à en observer chaque objet.

En pensant à tout ça, et en voyant ceci article sur un site anglais :
touchtextures.gif

J’ai été inspirée!

Lisse, doux, uni, rayé, j’ai choisi une variété de chutes de tissus :

p1120963large.jpg
Et au travail!
Un gabarit en carton de 16x9cm (coutures comprises) pour couper des rectangles de tissu de tailles identiques.

On plie en deux un rectangle de tissu, on pique sur les longueurs :

p1120966large.jpg
On retourne, on remplit de mousse :

p1120969large.jpg
On ferme au point glissé. Et voilà un ensemble varié de coussinets d’environ 7×7!

p1120977large.jpg
(oui je sais, les illustrations n’étaient pas nécessaires, c’est tellement simple ! mais j’aime tellement les beaux tutos bien illustrés que j’ai eu envie de faire pareil :D )

J’achèterai à l’occasion de nouveaux tissus pour compléter avec des textures différentes (plus rugueux, tissus bruyants…) et des motifs plus variés (tissu fleuri, par exemple).

J’ai fait deux coussins par tissu, déjà parce que 7, ça aurait fait un peu juste, mais également pour pouvoir par la suite les mettre par paire, par exemple. Et pourquoi pas, s’en servir avec Pomme dans quelques mois, comme nouveau jeu de reconnaissance tactile ? A voir.

Il ne me reste plus qu’à trouver une jolie panière pour les mettre dedans, et à les faire patienter quelques mois!



Reconnaissance tactile
7 février, 2010, 18:53
Classé dans : 2-3 ans,A fabriquer,Jouets,Materiel,sensoriel : toucher

En cherchant des idées de cadeaux pour l’anniversaire de Pomme qui aura deux ans dans quelques jours, je suis tombée sur ça :

reconnaissancetactile.jpg

Un jeu de société multi-sensoriel (toucher, vue) à partir de deux ans.
Après quelques hésitations, j’ai renoncé à l’acheter. En effet, aussi intelligent et attrayant qu’il soit, il ne contient que 6 objets et leurs images (sur l’envers des trèfles), et j’avais peur que nous soyons vite limitées.

Et après tout, quelques photos, une impression, un petit coup de plastifieuse et une séance de découpage plus tard, j’ai finalement trouvé ça très facile à réaliser!

p1120012large.jpg

Comme d’habitude, impatiente de faire découvrir cette nouvelle activité à Pomme, je n’ai pas attendu que le moment soit favorable. Lys avait faim, Pomme n’était pas attentive, je n’étais pas pleinement disponible.

J’ai commencé par lui demander d’associer l’objet à l’image, sans que celui ci ne soit caché dans le sac.
J’ai ensuite mis deux objets très différents au toucher dans le sac en tissu et je lui ai demandé de m’en sortir un des deux, présenté sous forme d’image.
Elle a bien compris le principe de « chercher dans le sac, mais beaucoup moins celui de ne pas regarder!
Nous avons tout de même passé un bon moment, écourté par une tétée durant laquelle Pomme a associé d’elle même images et objets.

p1120009large.jpg

Je pense qu’il me faudra aborder l’activité autrement dans un premier temps :
un objet unique sous un torchon ou dans le sac, à toucher avec les deux mains.
Et dire ensuite ce que c’est, soit en montrant l’image, soit en répondant oralement.

Bilan plutôt mitigé, mais une fois de plus, l’objectif de passer un bon moment était atteint
Et c’était la première fois que je proposais un jeu avec une règle aussi complexe. Il lui faudra du temps pour l’intégrer, c’est normal!


12

Titoine |
bonjour |
mazarine80 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal de bord de Paul-...
| Céline, organisation de mar...
| marieetolivier