Bienvenue sur mon blog

Fan des chaises évolutives!

Alors, j’en parle…

Il y a quelques semaines encore, Lys mangeait dans une chaise haute classique, en bois, avec une jolie tablette et un confortable coussin réducteur.
Dans le même temps, Pomme était à table sur une chaise semblable aux nôtres, sur laquelle nous avions posé un réhausseur pour qu’elle soit à bonne hauteur.
Habituée à ce système, je n’en étais pas pleinement satisfaite.
La tablette mettait un écart entre Lys et nous, rendant difficiles les repas que nous prenons toujours en famille.
Pomme n’était pas bien assise, bougeait beaucoup, avait même fait un jour une jolie chute.

Ca, c’était avant.
Du temps où je voyais les chaises évolutives comme un gadget de plus.

Et puis une de mes amies a acheté deux chaises tripp trapp.
Au départ, j’étais dubitative. Comment cette amie, d’ordinaire si raisonnable, pouvait mettre ce prix là dans un objet aussi inutile?
J’avais du louper quelque chose! Je me suis donc penchée sur le sujet, et je suis alors tombée sur une vidéo, et, à croire qu’elle est bien faite, j’ai craqué!
J’ai encore plus craqué lorsqu’en visite chez cette amie, mes puces ont eu l’occasion de tester!

Il me fallait des chaises évolutives!

Bon, comme il m’en fallait 2, le calcul fut vite fait! A 170 euros la tripp trapp + le kit bébé à 49 + le coussin à 45  + le harnais à 30, on dépassait les 400 euros… Impossible à faire rentrer dans mon budget « caprices »!

Je me suis donc rabattu sur une solution plus raisonnable et j’ai opté pour la Hauck.
C’est d’ailleurs son prix (49,99 euros, kit bébé inclus) qui m’a permis de prendre en plus la draisienne les frais de port chez Skandic étant offerts à partir de 100 euros, et avec deux chaises, j’en avais pour … 99,98 euros!

Une fois reçues, et montées, notre vie a changé!

p1000230medium.jpg
Lys, 26 juillet

Lys participe plus activement au repas familial.
Pomme n’a plus les pieds qui balancent dans le vide. Elle bouge moins à table. Et son dos est sans doute moins malmené.
Lorsque nous cuisinons, elle peut se mettre debout sur la tablette inférieure et ainsi être mieux installée pour tourner, verser, pétrir, mélanger.

Sans compter le gain de place dans la cuisine qui fait « plus nette ».

Une grosse déception que j’aurai pu anticiper en observant mieux la photo du modèle que j’ai choisi : le système de réglage des tablettes, contrairement aux autres chaises évolutives, ne va pas jusqu’en bas, et loin de là! Il y a un écart de 20 bons centimètres avec la barre d’en dessous qui peut servir de repose pieds quand ceux ci ne touchent pas encore par terre.
Je savais que ça n’irait pas jusqu’à l’âge adulte (prévue jusqu’à 10 ans/40kg), mais je pense que vers 5 ans environ, Pomme sera à nouveau mal assise…
Evolutive oui, mais dans une moindre mesure donc.

En attendant, nous savourons ce plaisir simple d’être tous confortablement assis autour d’une même table!



Jouer à … ranger!
21 juillet, 2010, 23:58
Classé dans : 18-24 mois,2-3 ans,3-5 ans,Au jour le jour,Jouets,Vie quotidienne

Mais non, ça n’est pas une blague!
Ranger est devenu un jeu chez nous…
Du moins ranger les jouets… il n’est pas question ici de mes papiers ou de mes vêtements!

J’en avais déjà un peu parlé mais voici plus de détails sur nos secrets!

- on vire les trois quarts des jouets! Et on les planque dans des caisses. Ca fait tout ça de moins à ranger! Parce que même si ranger devient un jeu, il ne faut pas que ça soit un jeu trop long!
Accessoirement, ça permet également de faire un roulement. Régulièrement, on ressort quelques jouets, on en range d’autres.
Pomme a davantage de plaisir à retrouver un jouet un peu oublié qu’à recevoir un jouet nouveau ; j’imagine qu’elle se remémore les joies déjà procurées par ce jouet auparavant.

- une place pour chaque jouet! Ca ne parait pas très innovateur comme concept, et pourtant, c’est là que réside le principal secret !
A condition cependant que l’enfant connaisse la place des jouets!
Et là, vous allez le trouver beaucoup moins amusant mon jeu… L’idéal, pour que l’enfant puisse identifier la place de chaque objet, c’est de lui indiquer par une image, un pictogramme, une photo. J’ai donc pris en photo chaque jouet et fixé l’image plastifiée à l’aide de « pâte à fixe ».
Vous vous dites que c’est de la folie de faire ça? Vous avez raison… La première fois, c’est long et fastidieux. Prendre en photo un jouet après l’autre. Ajouter le nom du jouet (éventuellement). Imprimer. Découper. Plastifier. Re-découper. Fixer. Prévoyez une bonne journée.
Mais une fois fini, quel bonheur! et quel temps gagné! Vous n’aurez plus à vous battre pour que l’ordre règne! Et quel plaisir pour les enfants que d’être autonome dans le rangement!
p1160431medium.jpg
Tout en haut, les caisses dans lesquelles sont stockées les jouets inutilisés.
Sur l’étagère d’en dessous, inaccessible pour Pomme car trop haute, sont disposés des jouets qui décorent.
Ensuite viennent des jouets de « grands » (Pomme y accède avec le marche pied), puis de « moyens » (au moment de la photo, le jouet de droite était utilisé) et tout en bas, les jouets pour bébé (c’est à dire pour Lys qui peut désormais y accéder) : doudous, petits coussins, cubes en mousse, hochets divers, panière à trésors, petites voitures.
Sur la droite, une petite étagère à bacs (eux aussi « étiquettés ») permet de trier les jouets qui fonctionnent avec des petits éléments ; on aperçoit les bacs de légos, accessoires de poupée et playmo 1-2-3.
p1160424medium.jpg

- Une règle qu’on essaie de faire respecter : quand on a fini de jouer à un jeu, on le range.
Bon, ça n’est pas toujours évident, mais ça vient!

Et c’est ainsi que pendant plusieurs mois, je n’ai quasiment jamais eu à ranger!

Oui mais voilà, tout se gâte quand on a un bébé de 8 mois dont les jeux préférés sont de mélanger les boites de puzzles de sa soeur, de vider les livres de l’étagère, d’éparpiller les petits coussins dans toute la pièce, etc.
Mais tout n’est pas la faute de Lys! Avant que mon bébé calme ne se transforme en tornade, il m’est arrivé d’avoir la salle de jeux sens dessus dessous, notamment après le passage d’enfants n’ayant pas les mêmes habitudes que Pomme.
Et même sans la présence de ces enfants, Pomme est loin d’être la parfaite petite fille sage, appliquée et ordonnée qui apparait dans ce blog! Parfois, plusieurs jeux sont sortis, étalés aux quatre coins de la pièce.
Et c’est alors qu’on est dans les meilleures conditions pour « jouer à ranger! »
L’inconvénient avantage de ce jeu, c’est qu’il nécessite ma présence nous permet de jouer ensemble.
En effet, si je dis à Pomme « Va ranger la salle de jeux », et même si j’ajoute un « s’il te plait », que je le tourne d’une manière moins directive « il serait plaisant que tu ais envie de ranger la salle de jeux », rien ne se passera. Au mieux, elle ira jeter un oeil, mais devant l’ampleur de la tâche, elle ne saura même pas par où commencer!
Alors, je joue avec elle.
« Derrière toi, il y a un petit coussin bleu en éponge. Il va dans la caisse des coussins »
« A côté de la chaise haute des poupées, il y a le cheval des playmo. Tu le trouves? »
« A droite de ton pied, tu trouveras la boule rouge qui va sur la tour. »
Jeu d’écoute, d’observation, de tris ; jeu de loto grandeur nature au moment de remettre sur l’étagère (surtout quand un roulement vient d’être effectué et que Pomme n’a pas encore mémorisé la place de chaque jouet) ; jeu à variantes multiples pour les plus grands (tu brûles/tu refroidis, inversion des rôles, temps limité pour trouver un objet, etc.) ; jeu de coopération.
Bref, un jeu complet et … utile!



Pâte à modeler

Mon manque d’enthousiasme pour cette activité que je trouvais salissante n’a pas entamé celui de Pomme qui la réclame dès qu’elle en a la possibilité.

Au départ, cela ne durait pas longtemps. Elle y touchait un peu et la rangeait bien vite, ne sachant pas trop quoi faire de cette pâte attirante, odorante et colorée.
Mettant de côté mes réticences, je lui ai donné quelques pistes. Et ensemble, nous avons (ré)appris à faire des boudins, boulettes et autres galettes!

Je ne lui donne qu’une seule couleur. Plus tard, elle fera des mélanges, découvrira que le jaune et le bleu font du vert et que si on met de tout, ça fait pas beau. Mais comme je n’ai pas l’intention d’en acheter toutes les semaines, ça n’est pour le moment pas à l’ordre du jour!

A son âge, les tous-petits sont encore un peu jeunes pour créer eux-mêmes des formes, pour modeler des animaux ou jouer à faire un gâteau. Et pourtant, la pâte à modeler peut leur apporter un réel plaisir et les détendre.

Voici quelques idées, qui ne cassent pas trois pattes à un canard mais qui peuvent être bien utiles les jours de panne d’inspiration!
Et grâce auxquelles les séances de pâte à modeler, d’une durée de deux à trois minutes, peuvent désormais durer une bonne demi-heure!

Un boudin, un couteau de dinette, et les mamans qui hésitent à laisser leurs bambins utiliser les vrais couteaux seront rassurées de donner à leur enfant la possibilité de s’entrainer avant!
coupeboudinr.jpg
On peut aussi l’utiliser pour apprendre à découper aux ciseaux.
Je ne l’ai pas encore proposé à Pomme, mais on peut également utiliser des fourchettes (de dinette ou des vraies) pour leur faire faire des « points », comme lorsqu’on pique une tarte.

On étale, on emporte-pièce, et de jolis motifs raviront les yeux des néo-créateurs! Ces formes, si faciles à réaliser, c’est presque magique! Faute d’emporte-pièces, un verre à l’envers fera de très jolis ronds!
etoile.jpg

L’enfant apprend petit à petit à organiser les éléments (boulettes, boudins de différentes épaisseurs, boule, etc.), pour faire des formes. C’est ainsi que nous avons désormais de jolis bonshommes.
J’avais réalisé le premier, pour donner l’idée à Pomme, mais je dois avouer que les siens sont beaucoup plus beaux et complets!
bonhomme.jpg

Voilà donc l’activité phare du moment, Pomme fonctionnant beaucoup par période.
Par la suite, je lui proposerai probablement de reproduire des éléments à partir de photos.

Mais bien sur, il ne faut pas oublier qu’il s’agit avant tout d’une activité de loisir créatif durant laquelle l’enfant doit pouvoir malaxer à sa guise, faire preuve d’imagination, ne pas nécessairement devoir construire quelque chose.

 



Les repas

Je dois avoir un spécimen, Pomme mange de tout. Pire que ça, elle préfère les haricots verts aux frites, les yahourts nature aux crèmes au chocolat… Si je lui demande ce qu’elle souhaite qu’on prépare pour le déjeuner, elle me répond « des carottes » ou « des poivrons » sans que cela ne me surprenne. Les repas ne sont pourtant pas un moment aussi agréable que je le souhaiterais, ma Pomme mangeant de tout mais en toute petite quantité. Nous insistons souvent pour qu’elle accepte de manger une deuxième cuillérée de pâtes et nous ne comprenons pas par quel miracle elle est aussi en forme en mangeant si peu!

Je pense que ses gouts alimentaires ne sont pas liés à l’éducation qu’elle reçoit. Notre rôle s’étant résumé à éveiller son intérêt pour les différents aliments.
Les courses, que d’autres voient comme une corvée, sont pour nous une merveilleuse occasion de découvrir la vie.En rentrant, nous rangeons ensemble et parfois, faisons des bouquets de fruits ou de légumes pour égayer la cuisine.
Nous les manipulons, les nommons, les touchons, les sentons. En cuisinant, nous les goûtons.  p1140934medium.jpg
Pomme n’a presque jamais mangé de petits pots du commerce. Je trouve qu’ils sont souvent fades et j’aurai bien du mal à en distinguer la saveur si je faisais un test de reconnaissance à l’aveugle.

Je croyais lui avoir proposer de goûter systématiquement ce que nous mettons dans nos assiettes, quand une petite voix, hier, m’a fait remarquer un oubli : « Maman, la moutarde s’il te plait » Avec une grande concentration, elle s’est appliquée à tremper chaque morceau de viande dans la sauce dijonnaise et s’est régalée!

Du côté de Lys, qui vient d’avoir 6 mois – je ne comprends même pas comment c’est possible! elle est née hier!- nous commençons très doucement la diversification! Contrairement aux bébés de son âge, qui pour la plupart se voient proposer des purées mixées au maximum à la cuillère, nous donnons à Lys des morceaux et de la laissons se débrouiller avec!
Cette pratique me semble logique, normale, naturelle.
Ca s’appelle la diversification menée par l’enfant ou DME. Vous pourrez en apprendre plus en découvrant ce site très complet.
Pommes, carottes, bananes, brocolis. Nous n’en sommes qu’au tout début. Mais Lys semble ravie et fière!

dme.jpg



Attention tu vas casser…attention ça coupe…
29 avril, 2010, 17:55
Classé dans : 12-18 mois,18-24 mois,2-3 ans,Vie quotidienne

Je l’évoquais rapidement dans l’article « Tout seul! » à deux ans, Pomme a accès depuis toujours aux choses qui cassent. Nous lui mettons de la vraie vaisselle, elle mange depuis bien longtemps avec une fourchette, coupe au couteau. Ca semble surprendre nos visiteurs qui ont toujours peur que « ça casse », « ça coupe », et qui en informent notre fille à coups de « fais attention », et parfois même, pensant bien faire, éloignent la tasse qui n’aurait pourtant pas été cassée.

Il est arrivé qu’en effet, ça casse. A deux reprises. Jamais intentionnellement.
Les deux fois, notre fille a pleuré de voir les morceaux ainsi répandus au sol, tellement qu’il a fallu lui expliquer que ça pouvait arriver, et que nous aussi avions déjà cassé des choses. On ramasse, on aspire, on ne se perd pas en explication, inutile de gronder. Et l’enfant connait ainsi la conséquence de la chute d’une assiette ou d’un verre, et sait qu’il doit y faire particulièrement attention.

Dans le même esprit, nous lui avons laissé attraper sa cuillère et tenter de la porter en bouche sans la freiner dans son geste, au risque d’avoir de la purée de pommes un peu partout. Le geste manquait certes de finesse, mais l’idée était là! Avec de plus en plus de précision, Pomme manipulait en toute liberté, toujours en notre présence.
A 11 mois, elle buvait seule au verre (en verre).
A 12 mois, elle mangeait seule et commençait à utiliser la fourchette correctement.
A 14 mois, elle prenait son lait du dans un bol (elle n’a jamais réussi à boire dans un biberon, nous n’avons pas insisté)
Aujourd’hui, elle m’aide à cuisiner en coupant les fruits (bien murs), en piquant la pâte à tarte, etc.

montageautonomiemedium.jpg

Tout ça nous semble tout à fait normal et naturel, mais quand je vois des enfants du même âge avec des assiettes en mélamine, des biberons aux repas, qui peinent à boire au verre et auprès desquels on s’exclame « Attention, tu vas le casser/te couper » en s’empressant de lui retirer la tasse ou le couteau des mains, je ne peux que constater une énorme différence dans les choix éducatifs. Au delà du simple choix des parents, il me semble que l’enfant qui entend si souvent dire « Attention », « c’est dangereux », « tu es trop petit », « laisse moi faire », « tu vas en mettre partout », etc. , ne peut qu’être freiné dans sa volonté de grandir et blessé dans sa confiance en lui et en ses capacités.
Mais évidement, l’enfant auquel on demande plus que ce dont il est capable doutera lui aussi de ses capacités, étant constament en échec.

Et cette idée rejoint une devise que j’ai fait mienne depuis que je m’occupe d’enfants : « Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner ». Cette phrase est de Antoine de St Exupéry ; c’est le roi qui le dit au Petit Prince.
Même si bien sur, le verbe exiger est bien trop fort dans notre situation!



Se laver les mains
27 avril, 2010, 19:04
Classé dans : 18-24 mois,2-3 ans,Vie quotidienne

Après m’être creusé la tête plusieurs semaines sur le moyen de permettre à Pomme de se laver les mains seule, imaginant un tabouret ou une étagère sur laquelle disposer savon et bassine, me demandant où j’allais trouver le meuble aux dimensions parfaites pour rentrer dans le petit recoin resté inoccupé dans ma salle de bain, j’ai finalement opté pour la suggestion de mon amie Anne et j’ai posé au sol la bassine!

Ainsi installée, la probabilité de renversement est faible, et Pomme est dans une position confortable pour bien savonner ses petites mains. De plus, c’est rapide à mettre et facilement remis au placard le soir.

Cette première journée aura vu un record en nombre de lavages de mains, Pomme s’appliquant maintes fois à répéter ces gestes!

Les idées les plus simples sont souvent les meilleures! Merci Anne!

lavagemainmedium.jpg

 



Au grand air

Il y a des jours où je bénis ma fille d’être si matinale!
J’admets volontiers qu’ils sont rares…
Mais hier matin, réveillés à 6h30, nous avions devant nous une longue matinée à occuper. Avec ce temps magnifique, nous avons sauté dans un bus qui nous emmène en quelques minutes dans un petit parc méconnu et souvent désert!
Arrivées sur place, grosse déception, l’aire de jeux des touts petits n’est plus qu’un gros tas de terre. J’imagine que nous aurons bientôt des jeux flambants neufs…
Ce fut donc l’occasion de tester les jeux de l’aire des grands. Magnifique parcours de motricité en plein air!
p1140174small.jpg
Nous nous sommes ensuite allongées pour regarder les feuilles danser sur un grand fond bleu uni, sentir l’odeur de  l’herbe humide, laisser le vent caresser nos visages, respirer pleinement et savourer la douceur de ce matin d’avril.

.parcsmall.jpg

Durant ces quelques heures, j’imaginais le nombre de matinées aussi belles qui nous attendent dans le futur, et je me réjouissais d’avance de pouvoir en profiter sans leur faire « sécher » l’école!



Adapter l’environnement – 2
20 avril, 2010, 21:38
Classé dans : 18-24 mois,2-3 ans,Vie quotidienne

Petit à petit, notre chez-nous s’adapte à Pomme, afin de favoriser son autonomie.

Beaucoup de choses ont évolué dans ce sens depuis août et mon premier billet sur le sujet.

Côté chambre des filles, Pomme dort dans un grand lit depuis déjà plusieurs mois. Elle peut y monter et en descendre seule. Comme elle bouge encore beaucoup, nous avons opté pour un lit banquette avec tiroir lit. Mis à l’envers, il a donc une barrière intégrée.

lit.jpg
Côté armoire, je viens de finir une réorganisation.
Anciennement partagée verticalement (un côté par fille), j’ai opté pour un partage horizontal : la partie basse pour Pomme et la haute pour Lys. Ainsi, Pomme peut voir ses vêtements, choisir (en partie), m’aider à ranger.

Des étiquettes pictogrammes permettent au papa à Pomme de s’y retrouver.
L’idée parait simple et accessible ; et pourtant, j’ai mis du temps avant de confectionner ces étiquettes! Images seules? Images et noms? Script ou cursif ? Déterminant ou non? singulier ou pluriel? Images associées à la photo de chacune des filles?
J’ai opté pour un pictogramme+le nom dans deux polices (script et cursive) sans déterminants et au pluriel. Pas de photo mais un code de couleur, code qu’on généralisera peut être par la suite pour d’autres éléments (couleur des brosses à dents, etc.). Travail enfin fini, mais il n’est pas sur que je ne change pas d’avis prochainement… Il ne me restera plus qu’à tout recommencer…

p1140149small.jpg

La salle de jeux a également changé. On en a un tout petit aperçu ici.

Dans l’entrée, un petit nouveau, présent depuis déjà plusieurs semaines mais que je n’avais pas présenté : mon bien aimé porte-manteaux!
Des petits crochets (prévus pour les sacs à main) permettent à Pomme de suspendre elle même son manteau. Vu l’épaisseur de celui ci, vous vous douterez que la photo date un peu!

p1120019small2.jpg
Je suis toujours à la recherche d’idées pour le lavage des mains, le petite lavabo de éveil et jeux ne s’adaptant pas sur notre baignoire, pour le plan de travail dans la cuisine, etc.

A suivre donc!



En regardant par la fenêtre!
2 avril, 2010, 12:17
Classé dans : 12-18 mois,18-24 mois,2-3 ans,Au jour le jour,sensoriel : voir

L’une des choses magnifiques chez les tout-petits, c’est que leur regard est neuf sur tout ce qu’ils voient ! Les détails les plus insignifiants à nos yeux prennent un sens aux leurs!

On nous fait croire que Disney a le monopole de leur émerveillement, qu’il faut des fées et des héros de dessins animés pour illuminer leur monde ; et si, au contraire, cette surenchère de magie artificielle détruisait leur capacité à s’émerveiller de tout?

Il en faut si peu pour leur en mettre « plein la vue »!

Pomme peut ainsi rester des heures à admirer le ballet des voitures!

p1120982small.jpg
Et parfois, la nature nous gâte en venant nous offrir un spectacle en pleine ville, juste sous nos fenêtres!

p1130375small.jpg

p1130377small.jpg

Et voilà sa petite tête pleine de jolies images! Fais de doux rêves ma grande fille!



« Tout seul! » à deux ans
29 mars, 2010, 15:55
Classé dans : 18-24 mois,2-3 ans,Au jour le jour,Vie quotidienne

Je suis parfois surprise d’entendre des personnes de mon entourage dire : « Hier, en brossant les dents de mon fils de 6 ans… » ou encore « j’ai appris à ma fille de 7 ans à utiliser l’épluche légumes ».
Je suis encore plus surprise de constater que beaucoup de parents empêchent leur enfant de participer à la vie de tous les jours, à ce qu’on appelle (malheureusement) les corvées, interdisant par exemple l’accès de la cuisine à leur bébé de 18 mois.
Ma nièce de 3 ans et demi n’avait jamais eu un couteau en main avant de venir chez moi! Et quelle joie sur son visage de participer à la découpe des pommes!

Depuis que Pomme est toute petite, et même si je ne prends pas toujours le temps de le faire, je cherche à l’intégrer à ces activités. Déjà parce qu’elle aime ça (et ça ne sera pas toujours le cas! quand elle sera adolescente, il me faudra sans doute beaucoup insister pour qu’elle m’aide à faire le ménage!), mais en plus parce que pour moi, ces « corvées », ces « tâches »quotidiennes sont la vraie vie. Je souhaite qu’elle apprenne à faire tout ça, et surtout à y trouver du plaisir!

Depuis quelques temps, elle insiste beaucoup pour que je la laisse faire, et surtout « toute seule »! Plus question de la porter pour descendre l’escalier, pour la faire monter sur sa chaise, plus question de l’aider à mettre ses chaussons, sauf quand elle le demande : « taide, euh plait! » *. Et cette demande d’aide ne signifie pas « fais à ma place » mais plutôt « apprends moi ».
Et nous retombons encore dans Montessori dont la pédagogie se base sur ce « Aide-moi à faire seul » que je vis actuellement!

Je constate que beaucoup de parents ont du mal à faire confiance à leur enfant.
Une amie, venue avec sa fille de 20 mois, était surprise que je n’ai pas d’assiettes pour bébé, au moment de passer à table. Je lui ai expliqué que Pomme avait toujours mangé dans une assiette normale et bu au verre en verre. Elle a finalement fait mangé sa fille dans une tupperware…
Même constat quand nous sommes à l’extérieur : les amies bien intentionnées donnent à Pomme des assiettes ou gobelets spéciaux, ne lui mettent qu’une cuillère. C’est elle qui, de sa petite voix timide, demande « chette, euh plait, maman »**

Je ne demande pas à Pomme d’ouvrir les huitres ou de découper le poulet. Je ne lui suggère pas d’aller rallumer sous la casseroles ou de servir l’eau du thé. La manipulation des objets dangereux ou coupants se fait en ma présence et je ne fais rien d’autre à ce moment là que d’être vigilante, même si pour le moment, je n’ai jamais eu à intervenir!

Beaucoup de mes amies ne pensent pas leur enfant capable, ne savent pas trop ce qu’elles peuvent leur faire faire à tel ou tel âge, comment les intégrer à ces tâches quotidiennes.

Voici une petite liste de choses de tous les jours, réalisées par Pomme plus ou moins « toute seule! », depuis plus ou moins longtemps, avec plus ou moins de précision, pour un résultat plus ou moins parfait! :

-remplir la machine à laver
-appuyer sur le bouton
-vider la machine à laver
-pousser la panière
-étendre des chaussettes sur un fil (sans pinces à linge)
-enlever le linge sec de l’étendoir

-laver les légumes
-transvaser les légumes coupés dans une grande casserole
-couper les fruits ou légumes mous
-tourner dans le saladier (à la cuillère ou au fouet)
-mettre en marche le mixer
-verser les ingrédients
-tartiner du fromage mou sur du pain
-casser des oeufs

-mettre la table (étaler les assiettes et couverts)
-se servir (du plat à l’assiette)
-manger seule, boire au verre, au bol
-mettre ses affaires dans le lave-vaisselle
-mettre les déchets à la poubelle
-appuyer sur le bouton du lave-vaisselle
-aider à vider le lave-vaisselle
-trier les couverts

-au supermarché, pousser son caddie, y mettre les articles, vider son caddie sur le tapis (nous avons longtemps choisi les caisses accessibles aux handicapés car le tapis y est plus bas dans notre supermarché), etc

Pomme, octobre 2010, presque 20 mois
15102009.jpg
15102009003.jpg
15102009002.jpg

-passer la balayette, laver une vitre, dépoussiérer un meuble, écarter les chaises au passage de l’aspirateur, remettre en place le tapis de la salle de bain, les chaises de la cuisine, etc.

-Ranger ses jouets, choisir ses vêtements, se coiffer, enlever ses chaussures, enfiler ses chaussons, se savonner le ventre/les jambes/les bras/les cheveux, etc.
La liste n’est sans doute pas complète. Et il est des activités que nous ferons dès que l’occasion se présentera  comme cirer des chaussures, essorer la salade, éplucher des carottes, étaler la pâte à tarte et la piquer…

Bref, un enfant de deux ans peut faire plein de choses! Cependant, chaque enfant à des capacités motrices différentes, un rapport à l’espace différent. J’essaye de faire en sorte que Pomme ne soit pas en échec lorsqu’elle fait quelque chose, je la guide quand c’est nécessaire, la laisse agir seule quand je sais qu’elle pourra aller au bout sans mon aide.Chaque maman (et chaque papa!)  doit faire en fonction de son enfant, du rythme de celui ci et de sa volonté à accomplir une tâche.

 

 

* »Aide-moi s’il te plait! »
** « Une fourchette s’il te plait maman! »


12345

Titoine |
bonjour |
mazarine80 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal de bord de Paul-...
| Céline, organisation de mar...
| marieetolivier